Soutenance de thèse à l’Université de Strasbourg

le 30 novembre 2017
à 8h30 au Palais Universitaire, en salle « Tauler »
Daniela Scialabba

Creation and salvation. Models of relationship between the God of Israel and the Nations in the book of Jonah, Psalm 33 (MT and LXX) and the novel Joseph and Aseneth

sous la direction d’Eberhard Bons, devant un jury composé de:
 M. Martin KARRER, Professeur, Kirchliche Hochschule Wuppertal/Bethel,
 M.Hermann SPIECKERMANN, Professeur, Université de Göttingen
 M. Daniel GERBER, Professeur, Université de Strasbourg
 Mme Maria Armida NICOLACI, Professeure, Faculté de Théologie catholique de Sicile, Palerme
Résumé
Cette thèse s’inscrit dans le débat actuel relatif au monothéisme biblique et au pluralisme religieux. Ces dernières décennies, ce débat a été influencé par des auteurs comme Jan Assmann pour lequel le monothéisme vétérotestamentaire constitue une racine importante de l’intolérance dont les trois religions monothéistes se seraient rendues coupables. Le but de notre thèse n’est pas d’entrer dans ce débat mais d’approfondir un sujet négligé par la recherche : qu’en est-il des tendances inclusives du monothéisme vétérotestamentaire? Cette thèse ne se veut pas une contribution historique mais son but est d’étudier les principes théologiques permettant de concevoir des rapports positifs entre le Dieu d’Israël et des individus ou des peuples étrangers. En particulier, nous cherchons à analyser trois textes, le Livre de Jonas, le Psaume 33 (TM et LXX) et le roman Joseph et Aséneth. Bien qu’il s’agisse de trois textes différents en ce qui concerne le genre littéraire, l’origine et la datation, ils ont en commun d’aborder le problème du rapport entre le Dieu d’Israël et les non-Israélites. Plus con-crètement, chacun de ces trois textes présente le Dieu d’Israël comme un créateur universel qui, en tant créateur, a pitié de toutes ses créatures.
The starting point of this study is the current debate on monotheism and religious pluralism. In recent decades, this debate has been strongly influenced by some authors such as Jan Assmann for whom the monotheism originating in the Old Testament is the root of the intolerance and violence of the three monotheistic religions. Rather than participating at this debate, the intention of this study is to answer the following questions: what about inclusive tendencies in Old Testament monotheism? Thus, this thesis is aimed at looking into the theological principles motivating and supporting the possibility of an approach by individuals and peoples to the God of Israel. With this aim, our objective is to analyse three texts where the relationship between YHWH, Israel and the non-Israelites is examined: the book of Jonah, Psalm 33 (MT and LXX), and the novel, Joseph and Aseneth. Although these three texts are different concerning their genre, period and provenance, they have the following ideas in common: the relationship between the God of Israel and non-Israelites as well as the concept of God as an universal creator who has pity of all his creatures.

Naissance de la Bible grecque

Laurence Vianès, Naissance de la Bible grecque : Pseudo-Aristée : Lettre d’Aristée à Philocrate – Épiphane de Salamine : Traité des poids et mesures – Témoignages antiques et médiévaux.

Disponible le 12 juin 2017 aux Belles Lettres

ISBN : 972-2-251-44697-4

Répartis sur un millénaire et demi, les textes ici rassemblés racontent comment la Bible hébraïque est devenue un livre grec.

La Lettre d’Aristée fut rédigée avant l’ère chrétienne en Égypte. Avec un art très sûr, elle met en scène le roi macédonien Ptolémée II Philadelphe et son ministre Démétrius de Phalère, désireux d’enrichir la fameuse bibliothèque d’Alexandrie. Grâce à l’approbation du grand prêtre des Juifs, sur une île face à la mer, soixante-douze lettrés venus de Jérusalem collaborent pour traduire la Torah d’hébreu en grec. Cette version, appelée par la suite la Bible des Septante, était destinée à acquérir une renommée immense dans le judaïsme, puis à influencer fortement les doctrines du christianisme.

Le second opuscule, le Traité des Poids et Mesures d’Épiphane de Salamine, mis ici en français pour la première fois et daté de l’an 398, a exercé une grande influence sur les christianismes orientaux. Il reprend le récit en lui donnant le caractère d’un miracle. Il s’agit de montrer que la Septante est la plus ancienne traduction de la Bible, et la meilleure. Car il en existe désormais plusieurs autres, réunies dans les Hexaples d’Origène, qui lui disputent la place et dont Épiphane se charge d’exposer l’origine aussi. Sur ces « autres traducteurs », Aquila, Symmaque et Théodotion, le Traité est une source majeure.
La troisième partie est constituée d’une anthologie qui retrace les échos de ces récits dans les textes grecs, latins, hébreux, syriaques et arabes, jusqu’au XVe siècle. On voit se développer, puis régresser la croyance au miracle par lequel les interprètes travaillant séparément auraient produit des textes identiques en tout point. On assiste à la formation du standard de l’érudition à l’époque byzantine, avec sa liste des sept versions grecques de la Bible. On entend ressurgir de façons variées les mêmes questions : pourquoi le texte grec s’écarte-t-il souvent de l’hébreu ? Les auteurs du Nouveau Testament ont-ils utilisé la Septante? Les soixante-douze lettrés ont-ils voulu livrer aux païens les vérités du judaïsme, ou au contraire les dissimuler? D’où viennent les divergences dans les manuscrits bibliques? Ainsi renaît encore et toujours la discussion autour de l’autorité de la Septante et de son exactitude, que l’on compare à celle des rivales grecques, mais aussi de la Vulgate de Jérôme, des vieilles-latines, des deux versions syriaques, ainsi que des canons juifs rabbanite, qaraïte et samaritain.

Avec ce livre, le lecteur a en main de quoi suivre tout le développement de la légende entourant la Septante et les autres traductions dans l’Antiquité et le Moyen Âge byzantin et oriental. Il peut apprécier ce que l’on savait et ce que l’on croyait, aux différentes époques, sur les origines de la Bible grecque.

Laurence Vianès est maître de conférences en langue et littérature grecques à l’Université de Grenoble-Alpes. Ses recherches portent sur la Septante, ainsi que sur l’exégèse des prophètes bibliques chez les auteurs chrétiens anciens.

https://www.lesbelleslettres.com/livre/2966-naissance-de-la-bible-grecque.

 

La Bibbia Greca: una riflessione sui «Settanta»

Le 3 avril 2017 à Milan. Journée d’études organisée par le groupe de recherche sur le Lexique de la LXX à Strasbourg, autour d’Eberhard Bons, Luciano Bossina et Anna Passoni Dell’Acqua.

 

 La Scuola della Cattedrale del Duomo di Milano

invita la S.V.

Lunedì 3 aprile 2017
Ore 18.30

Chiesa di San Gottardo in Corte
(Via Pecorari, 2 – Milano) 

LA BIBBIA GRECA
Una riflessione sui «Settanta» 
Dalla Scrittura Ebraica al Nuovo Testamento

con Eberhard Bons, Luciano Bossina, Anna Passoni Dell’Acqua

Si avvicinano la Festa di Pesah ebraica (15 nisan = 11 aprile) e la Pasqua cristiana (16 aprile del calendario gregoriano).
La Scuola della Cattedrale, presieduta da Mons. Gianantonio Borgonovo, Arciprete del Duomo di Milano, ha pensato allora di riflettere sull’importanza e la singolarità della Bibbia Greca

La LXX è la più antica traduzione scritta della Bibbia Ebraica in greco.

Con la formazione delle chiese ellenistiche ad Antiochia di Siria e in altre città del Mediterraneo ad opera di Paolo, divenne la Bibbia dei cristiani di lingua greca, e quella degli autori del Nuovo Testamento, scritto in greco, la lingua internazionale dell’epoca. Oggigiorno essa è ancora la Bibbia ufficiale delle chiese cristiane ortodosse. 

Quale fu l’ambiente alessandrino che ha dato vita a questa versione? Che valore storico dare allaLettera di Aristea, da cui deriva anche la denominazione di “Settanta”? Perché l’interesse scientifico per quest’opera è aumentato sempre di più dalla seconda metà del XX secolo, mentre sino ad allora era considerata solo come un testimone per la ricostruzione del testo ebraico più antico? E il suo vocabolario, quale tipo di comunità giudaiche presuppone in Egitto e soprattutto ad Alessandria? Queste sono alcune delle domande, cui cercheranno di rispondere i tre esperti che interverranno al prossimo incontro della Scuola”.

L’evento, introdotto e coordinato da Armando Torno, si terrà lunedì 3 aprile 2017 alle ore 18.30 presso la Chiesa di San Gottardo in Corte (Via Pecorari, 2 – Milano) e vedrà gli interventi di Mons. Gianantonio Borgonovo, di Eberhard Bons, Professore di Antico Testamento alla Facoltà di Teologia Cattolica dell’Università di Strasburgo, di Luciano Bossina, Professore di Filologia classica presso l’Università degli Studi di Padova, di Anna Passoni Dell’Acqua, già Professore di Filologia Biblica presso l’Università Cattolica di Milano e titolare di una Chaire Gutenberg a Strasburgo. 

Ingresso libero con prenotazione via mail a: scuoladellacattedrale@duomomilano.it 
oppure telefonando al n. 02 72 080 766 – int. 208

NOVITA’: SONO ONLINE I VIDEO DELLA SCUOLA DELLA CATTEDRALE
Clicca qui e rivedi gli eventi che ti sono piaciuti di più. 

Scuola della Cattedrale
Via Carlo Maria Martini, 1 – 20122 Milano
Tel. 02.72 080 766 – int. 208

LES DOUZE PROPHÈTES. PROTOCOLES ET PROCÉDURES DANS LA TRADUCTION GRECQUE : STYLISTIQUE, POÉTIQUE ET HISTOIRE

 

Colloque international

27 et 28 avril 2017

Université Paris-Sorbonne – Maison de la Recherche

28 rue Serpente 75006 Paris

 

La version grecque des Douze Petits Prophètes connaît, depuis quelques années, un regain d’intérêt. La taille raisonnable du corpus, l’homogénéité de la traduction, la richesse du langage prophétique ainsi que la découverte du rouleau grec de ces douze petits livres dans le désert de Naḥal Ḥever y ont sans doute leur part. Prenant en compte les acquis des études récentes dans ce domaine, ce premier colloque international sur la Septante des Douze Prophètes se propose d’explorer les protocoles et les procédures mis en œuvre par le traducteur qui entreprend, dans la première moitié du 2e siècle avant notre ère, de traduire en grec le texte hébreu des Prophètes mineurs. A partir d’analyses de cas précis, nous nous intéresserons aux stratégies et aux trouvailles stylistiques et poétiques du traducteur, nous examinerons les transformations qu’imposait le passage de l’hébreu au grec mais nous efforcerons également d’appréhender l’histoire textuelle de ce corpus, de son interprétation et de sa réception en milieu juif et chrétien.

Télécharger ici le programme

 

 

La Bible grecque des Septante : cycle de conférences 2016-2017

Chaque année, l’Université de Paris-Sorbonne et l’UMR 8167 (équipe « Antiquité classique et tardive ») organisent un cycle de conférences sur la Bible grecque, parallèlement au projet « La Bible d’Alexandrie », qui consiste à produire une traduction française de la Bible grecque (aux éditions du Cerf).

10 mars 2017       Matthieu Richelle (FLTE/EPHE (« Proche-Orient, Caucase », UMR 7192) : Réflexions sur les rapports entre Samuel-Rois, Chroniques et leurs versions grecques (17h-19h, salle 001)

26 avril 2017       Adrian Schenker (Université de Fribourg, Suisse) : La différence entre la leçon massorétique et celle de la Bible grecque en Is 9:5 : est-ce une variante textuelle ou une variante littéraire ? Les conséquences de la réponse pour l’histoire du texte de la Bible (17h-19h00, salle 001)

12 mai 2017          James Aitken      (Cambridge, Fitzwilliam College) : The Success of ‘Literalism’: Development of Style from kaige to Aquila (10h-11h, salle D223)

26 mai 2017          James Aitken      (Cambridge, Fitzwilliam College) : The linguistic evidence of the Septuagint: standards and language variation (17h-19h, salle S001)

Les séances ont lieu à la Maison de la Recherche

de 17h à 19h sauf la séance du 12 mai

28, rue Serpente, 75006 Paris

Contacts : cecile.dogniez@orange.fr,Olivier.Munnich@paris-sorbonne.fr, Sebastien.Morlet@paris-sorbonne.fr

Parution des Mélanges en l’honneur de Johann Cook

sagesSeptuagint, Sages, and Scriptures, Edited by Randall X. Gautier, Gideon R. Kotzé, Gert J. Steyn, Brill, 2016

 

Séminaire Biblindex

Le Puits des fiançailles –  étude de Gn 24,10-21 ( TM et LXX) : regards croisés de l’exégèse rabbinique et patristique.
 
vendredi 2 décembre 2016 de 11h à 13h
salle de documentation au premier étage
Institut des Sources Chrétiennes
22 rue Sala, 69002 Lyon.
Séance animée par Sandrine CANERI
L’étude proposée cherchera à répondre à la question générale : y a-t-il eu une continuité ou non entre l’herméneutique rabbinique et celle des Pères de l’Eglise ? Nous proposerons un préliminaire sur la réception du texte révélé par les deux communautés. Puis nous étudierons une courte péricope biblique dans le livre de la Genèse  (Gn 24,10-21) dans deux langues principales pour s’assurer si les deux groupes de commentateurs s’appuient bien sur le même texte biblique. Et nous regarderons enfin quelques commentaires des rabbins et des Pères dans les premiers siècles de notre ère. Quels sont leur méthodologie, leur questionnement, et leurs interprétations respectives ? Que conclure, d’une façon partielle, et provisoire sur cette péricope donnée ?
GrCheqDej-cahierE1-BatB

GrCheqDej-cahierE1-BatB

Les divisions anciennes du Premier Testament : Colloque international, Lyon, 17-18 novembre 2016

Le colloque est co-organisé par les Sources Chrétiennes (HiSoMA, UMR 5189, CNRS / Université Lyon 2) et la Faculté de Théologie de l’Université Catholique de Lyon, en partenariat avec le Centre Paul-Albert Février (UMR 7297, Université d’Aix-Marseille), le projet « ParatexBib : Paratexts of the Bible » (Bâle) et l’Université Protestante de Théologie de Groningue et d’Amsterdam.

Le colloque porte sur les divisions anciennes du Premier Testament: livres, chapitres, versets, paragraphes ou péricopes, titres et ponctuations qui influent souvent directement sur la lecture de la Bible.

Publications récentes de Matthieu Richelle

– « Elusive Scrolls: Could Any Hebrew Literature Have Been Written Prior to the Eighth Century BCE? », Vetus Testamentum 66 (2016), 556-594.
Résumé : Two reasons lead many scholars today to think that the Israelites were not able to produce long, literary works during the 10th and 9th centuries BCE. First, there is a dearth of Hebrew inscriptions from that time; second, the Israelites did not have the necessary socio-economic resources until the 8th century BCE. This article critically assesses these two lines of reasoning in light of current research in the epigraphy and archaeology of the Southern Levant. In addition, it provides several elements which indicate that the necessary conditions for the production of long texts were present in Judah/ Israel in the early royal period.
– « Intentional Omissions in the Textual History of the Books of Kings: In Search of Methodological Criteria », Semitica 58 (2016), 135-157.
Résumé : Quand des témoins textuels présentent des différences quantitatives, les exégètes, souvent attachés à la règle lectio brevior potior, ne courent-ils pas le risque de négliger l’hypothèse d’une omission délibérée de la part d’un copiste ? Tel est bien le cas selon J. Pakkala, qui s’est récemment penché sur de nombreuses situations dans les
livres des Rois où l’absence d’un passage s’expliquerait par une censure théologique ou idéologique. Idéalement, l’identification des motivations des scribes devrait permettre de
définir des critères méthodologiques conduisant à privilégier dans certains cas l’explication par omission intentionnelle par rapport aux scénarios concurrents (chute accidentelle, expansion du texte). Dans cet article, nous voudrions apporter une contribution à cette recherche en mettant en évidence quatre nouveaux types de motifs, au delà de la censure théologique ou idéologique, ayant pu être à l’origine d’omissions délibérées dans les livres des Rois.
– «  La structure littéraire du livre d’Abdias », Biblische Notizen169 (2016), 27-45.
Résumé: This article points out a previously overlooked chiastic structure in Obadiah 8-15 and submits that the entire book itself follows the pattern ABA’ (v.1b-7; 8-15; 16-21).
– Ces articles peuvent être consultés à l’adresse suivante : https://digitorient.academia.edu/MatthieuRichelle

Séminaire BIBLINDEX – Programme 2016-2017

Toutes les séances ont lieu de 11h à 13 h, dans la salle de documentation au premier étage, de l’Institut des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon.

 

Vendredi 23 Septembre : Sumi SHIMAHARA, Les Carolingiens et la Bible ‐ le cas des prophètes.

Vendredi 14 Octobre : Régis COURTRAY, La destruction de Sodome chez Jérôme, Ambroise et Augustin.

Vendredi 25 novembre : Benoît GAIN, Basile de Césarée : auteur de testimonia ?

Vendredi 2 décembre : Sandrine CANERI, Le Puits des fiançailles – étude de Gn 24,10‐21 (TM et LXX) : regards croisés de l’exégèse rabbinique et patristique.

Vendredi 13 janvier : David PASTORELLI, Approches statistiques des variantes textuelles pour la classification des manuscrits.

Vendredi 17 février : Agnès BASTIT, sujet à préciser (herméneutique d’Irénée ou de Fortunatien).

Vendredi 24 mars : Marie‐Odile BOULNOIS, Qui sont les « fils de Dieu » de Gn 6, 1‐4 selon l’exégèse des Pères grecs ?

Vendredi 7 avril : Laurence VIANES, Comparer deux textes par leurs citations bibliques.

Vendredi 5 mai : Daniel VIGNE, Le traité d’Origène Sur la prière.

Vendredi 9 Juin : présentation de travaux par les étudiants / bilan sur le développement du projet Biblindex.

 

 

contact : laurence.mellerin@mom.fr

programme remis à jour le 29.09.2016