Présentation de l’ouvrage « La mémoire des persécutions : autour des livres des Maccabées »

au Centre de recherche français à Jérusalem, le mercredi 25 mars à 18h30

 

A propos de la publication récente chez Peeters, présentation de Marie-Françoise Baslez (Paris Sorbonne) : « Des héros pour quoi faire ? Relectures et réinterprétations actualisantes des figures et des récits maccabéens » ; suivie de la présentation d’Olivier Munnich (CRFJ) : « The signifiance of the Greek Bible in recent debates on early Judaism ».

La mémoire des persécutions : autour du livre des Maccabées

Sous la direction de Marie-Françoise Baslez et d’Olivier Munnichmaccabees

Paris-Louvain, Peeters (Collection de la Revue des Études juives, 56), 2015

ISBN : 978-90-429-3156-5 406 p., 65 €

On considère habituellement les livres des Maccabées comme prototype de la littérature de persécution. Il importait donc de mettre en place le thème de la persécution antijuive dans le contexte historique de la domination grecque, en utilisant les apports les plus récents de l’épigraphie, de la numismatique et de l’archéologie. Ces livres conduisent également à s’interroger sur l’invention du martyre dans le judaïsme et le christianisme, puisqu’ils ont indéniablement construit un modèle de martyrologie. Il faut cependant se demander si tel était leur but.

En définitive, il s’agit d’évaluer le travail de mémoire dont témoigne la transmission de ces textes « en amont », en vérifiant les basses événementielles des récits et en étudiant les traditions scripturaires et littéraires dans lesquelles ils s’inscrivent, aussi bien qu’« en aval », en explorant relectures, réinterprétations et mutations de ces récits. Un tel travail de mémoire doit être analysé dans sa dimension politique, identitaire et religieuse, ainsi qu’à travers l’apparition d’une commémoration littéraire.

Dirigé par Marie-Françoise Baslez et Olivier Munnich et réunissant des universitaires européens et israéliens, ce projet a été conçu à l’Université de Paris-Sorbonne et réalisé dans le cadre de l’Équipe « Antiquité classique et tardive » (UMR 8167, « Orient et Méditerranée ») et avec le soutien du Labex « Religions et Sociétés dans le Monde Méditerranéen » (RESMED), de l’Institut de recherches pour l’étude des religions (IRER) et de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah (FMS).

Consulter la table des matières

Présentation

Un article de J.A.L. Lee sur le grec littéraire d’Isaïe

semitica-classicaJohn A.L. Lee, “The literary Greek of Septuagint Isaiah”, paru dans Semitica et classica VII, 2014, p.135-146.

The aim of this paper is to show that in LXX-Isaiah there are features of language that justify classifying it as “literary” Greek. Thackeray’s placing of Isaiah in his classification of the LXX books is first discussed. Refined criteria of classification are suggested, namely: 1/ “translation method”; 2/ “style”; and 3/ “level of Greek”. The translation method and style of Isaiah are considered briefly, then the level of Greek. Features of “literary” Greek in LXX-Isaiah are presented to prove the case, including forms of expression, vocabulary, particles, and syntax. There are consequences for our view of the Isaiah translator and his method. His command of literary Greek indicates a Greek education to an advanced level. The portraits of the translator proposed by van der Kooij and Troxel are discussed in the light of this.

Le but de cet article est de montrer que dans l’Isaïe de la Septante se trouvent des faits de langue qui justifient qu’on le classe comme grec « littéraire ». La place que Thackeray donne à Isaïe dans son classement des livres de la Septante est tout d’abord discutée. Des critères affinés de classification sont proposés, à savoir : 1/ la méthode de traduction ; 2/ le style ; 3/ le niveau de grec. La méthode de traduction et le style d’Isaïe sont examinés brièvement, puis le niveau de grec. Pour démontrer ce point, on présente des traits de grec « littéraire » de l’Isaïe de la Septante, tels les formes d’expressions, le vocabulaire, les particules et la syntaxe. Cela a des conséquences sur notre appréciation du traducteur d’Isaïe et de sa méthode. Sa maîtrise du grec littéraire indique une éducation grecque à un niveau avancé. Les portraits qu’ont proposés van der Kooij et Troxel pour ce traducteur sont discutés sous cet éclairage.

Dans ce même volume de Semitica et Classica VII, figurent deux comptes rendus, l’un de Luciano Bossina pour le livre d’ Alexis ChryssostalisRecherches sur la tradition manuscrite du Contra Eusebius de Nicéphore de Constantinople, Paris, CNRS, 2012, p. 293-296, l’autre de Julio Cesar Trebolle Barrera pour le livre de Natalio Fernández Marcos, Filolologia biblica y humanismo (TECC), Madrid, 2012, p. 296-299.

Françoise Vinel et Philippe Le Moigne

interviennent au Colloque international, Strasbourg 12-14 mars 2015

La restauration de la création : quelle place pour les animaux ?

Ph. Le Moigne, « Le bestiaire et l’expression de la réconciliation dans Ésaïe (LXX) »

F. Vinel, « Pourquoi l’anthropocentrisme des Pères ? Réflexions sur l’usage du concept de création chez les Cappadociens ».

Programme complet du colloque

J.-M. Auwers, « Le Cantique des cantiques, matrice de la spiritualité chrétienne »

Article paru dans S. M. Attard et M. Pavan (éd.), «Canterò in eterno le misericordie del Signore». Studi in onore del prof. Gianni Barbiero (Analecta biblica. Studia 3), Rome, 2015, p. 347-358.

La Septante du Cantique est la traduction très littérale d’un modèle hébraïque proche du Texte Massorétique. Toutefois, le traducteur grec a pris certaines options, qui reposent sur une vocalisation différente ou sur une compréhension du texte hébreu autre que celle que nous avons aujourd’hui. En Ct 1,2.4, il met dans la bouche de la bien-aimée un éloge des « seins » du bien-aimé (le TM parle de ses « étreintes »). En 1,8, il introduit dans le poème un écho au fameux « Connais-toi toi-même ». En 2,4, il emploie une image militaire (« Rangez en bataillon, contre moi, l’amour ») qui n’a pas été comprise par la suite. En 2,5, il propose une traduction contextuelle : la bien-aimée est « blessée » (TM : « malade ») d’amour par l’assaut de son bien-aimé. En 2,7c il a reproduit servilement la syntaxe de l’hébreu, si bien que les lecteurs anciens ont compris le texte à contresens, comme une invitation à réveiller l’amour endormi. Ces options, parfois étranges, sont à l’origine d’une riche tradition d’interprétation. En fait, les thèmes du Cantique des cantiques qui ont le plus inspiré la spiritualité chrétienne sont propres à la version grecque des Septante: l’invitation à se connaître soi-même (Ct 1,8), la charité bien ordonnée (2,4), la blessure d’amour (2,5), et même l’allaitement du fidèle par le Verbe divin (1,2.4), thème qui aboutira, au Moyen Âge, à la dévotion à Jésus-notre-mère.