Réunion annuelle « Bible d’Alexandrie » du vendredi 7 juin 2019. À propos du volume « livre de Job », un memorandum de Dominique Mangin

J’aimerais apporter des précisions aux deux questions soulevées par Olivier Munnich dans le compte rendu de notre réunion de l’an dernier, à propos de 1/ la réception de la version grecque de Job et 2/ l’emplacement, dans le volume, de l’analyse du texte massorétique.

1/ La réception

Mon volume porte exclusivement sur le texte court et donc, effectivement, la réception du texte long par les Pères de l’Église devra prendre place dans un second volume. Ce point avait été déjà abordé dans le passé. Il me semble que le responsable de ce second volume devrait également traiter de la question de Théodotion dans le texte long et traduire les stiques astérisés, voire modifier la traduction du texte court en fonction de la présence des stiques astérisés et, peut-être, de la réception de ce texte long par les Pères de l’Église.

Cependant, dans le premier volume, je pourrai traiter de la réception du texte court chez les quelques témoins qui l’attestent dans le domaine latin : Cyprien, Lucifer de Cagliari, Priscillien et le Liber de divinis scripturis. La réception est circonscrite et n’alourdira pas le volume : douze passages citent 4 stiques (2 fois), 8 stiques, 12 stiques (3 fois), 13 stiques (2 fois), 14 stiques, 17 stiques, 28 stiques, 42 stiques.

Parenthèse sur le fragment d’Aristée l’Historien et sur le Testament de Job : ce sont des témoins du Grec ancien de Job, mais non pas, pour des raisons méthodologiques, des témoins du texte court. Le fragment d’Aristée l’Historien est un témoignage des premiers lecteurs du Grec ancien de Job et appartient à la phase de la première réception, quand le texte a l’ascendant sur le lecteur (et ceci à cause et en dépit de son horizon d’attente) ; le Testament de Job témoigne, lui aussi, du Grec ancien, mais dans une réception où l’amplification narrative de l’auteur du Testament a l’ascendant sur le texte qu’il cite. Parfois le Testament cite le grec de Job au sens strict du terme (une petite vingtaine de stiques entiers, mais beaucoup plus souvent des syntagmes) ; parfois ont été relevées des similitudes de vocabulaire dans des phrases autrement construites que dans la version grecque ; parfois, enfin, se rencontrent des synonymes au lieu des mots précis attestés dans le Grec ancien (je me fonde sur l’étude de Berndt Schaller, Biblica 61, 1980, p. 377-406). Sur les 65 passages du Testament qui se réfèrent à GJb (un seul passage peut réunir la substance d’un ou de quelques stiques), 48 se réfèrent au récit-cadre (30 + 18) et 17 au cycle des discours.

2/ L’emplacement, dans le volume, de l’analyse du TM en tant qu’objet esthétique

L’analyse du TM en tant qu’objet esthétique occupera la première section (numérotée 3) de la partie centrale du volume (sections numérotées 3, 4 et 5). Le volume sera constitué de :

  1. la bibliographie (selon l’usage de la collection) ;
  2. l’introduction (le texte grec ; le modèle hébreu présumé ; la pratique de traduction ; les outils de l’analyse littéraire qui seront utilisés dans la suite du volume) ;
  3. l’analyse du TM, dans le récit-cadre et discours par discours (analyse des lignes de force de l’objet poétique au moyen des outils présentés dans l’introduction) ;
  4. la traduction et les notes de bas de page (selon l’usage de la collection) ;
  5. les caractéristiques du texte court et sa logique propre ; conclusion sur la pratique effective du traducteur grec ;
  6. la réception du texte court ;
  7. les index.

À propos de l’analyse du TM

Dans la dernière section de l’introduction seront présentés les outils de l’analyse littéraire, c’est-à-dire les marques de littérarité qui orientent la lecture du contenu discursif, à savoir :

— les instances d’énonciation (les marques de personnes grammaticales peuvent en faire partie) et, de façon plus englobante encore, la polyphonie qui infuse la totalité du texte ;

— la pluralité de registres et de genres littéraires ;

— les répétitions ;

— la structure en entrelacs ;

— la composition en tuilage (mot que j’emprunte à Rober Alter) ;

— les passages parallèles et plus généralement le jeu des échos entre les différentes parties du livre ;

— le jeu des citations, avec le problème plus particulier de possibles citations dissimulées (d’après les observations de Tur-Sinai) ;

— le statut particulier des discours d’Élihou (un texte second et, plus précisément, un commentaire qui a la particularité d’être écrit dans le même genre littéraire que le livre qu’il commente).

Ces marques de littérarité se dégagent sur un fond d’indéterminations (la compréhension du livre de Job ne va pas de soi) et déjouent la lecture linéaire de l’œuvre. Il est étonnant de constater que ces marques de littérarité sont ambiguës. Un seul exemple : les nombreuses répétitions, dans le premier temps de la lecture, brouillent la compréhension du lecteur ; dans un second temps, ces répétitions se différencient aux yeux du lecteur par les variations, parfois très fines, dont elles sont affectées ; à la fin, les répétitions attirent l’attention sur ce qui n’est pas répété : elles deviennent ainsi des indices qui orientent la lecture.

À propos des notes de bas de page

La première strate des notes de bas de page sera une analyse linéaire descriptive de la traduction grecque par rapport à son modèle hébreu présumé : a/ traduction manifeste ; b/ correspondance, entre le grec et l’hébreu, compatible avec le TM ; c/ plus de traduction ; d/ plus interprétatif ; e/ stique surnuméraire ; f/ réécriture ou transposition de sens ; g/ stique ou syntagme difficilement rattachables au TM. Certaines vocalisations différentes de celles du TM seront signalées, ainsi que des lectures de consonnes différentes de celles du texte consonantique (sans prétention à l’exhaustivité). La seconde strate développera assez brièvement les écarts intéressants, dans la mesure où l’enjeu de l’écart est local ; les particularités du texte grec qui touchent à l’économie du livre, et qui nécessitent un plus long développement, seront traitées dans la section suivante, numérotée 5, « les caractéristiques du texte court et sa logique propre ».

À propos de la disposition des versets et de leur numérotation dans l’édition de J. Ziegler

Je me conforme à la numérotation de J. Ziegler, mais je propose — dans un certain nombre de cas qui, en définitive, ne devraient pas être très nombreux — de modifier légèrement cette numérotation. Deux exemples :

Premier passage, 32:13-14

Le lemme de J. Ziegler en 32:13-14 se présente ainsi :

13 ἵνα μὴ εἴπητε Εὕρομεν σοφίαν, κυρίῳ προσθέμενοι·

14 ἀνθρώπῳ δὲ ἐπετρέψατε λαλῆσαι τοιαῦτα ῥήματα.

En réalité le monostique 32:14 — ἀνθρώπῳ δὲ ἐπετρέψατε λαλῆσαι τοιαῦτα ῥήματα « à un humain vous avez permis de prononcer de telles paroles » — ne traduit pas le TM correspondant, mais se trouve être un élément interprétatif qui continue le syntagme κυρίῳ προσθέμενοι « ayant pris le parti du Seigneur », au verset précédent, lui-même constituant un plus interprétatif. Je propose de présenter la traduction comme ci-dessous, en ajoutant un astérisque au numéro du verset, afin d’indiquer la modification par rapport à l’édition de J. Ziegler, et en mettant les éléments interprétatifs en italiques :

13* afin que vous ne disiez pas « nous avons trouvé la sagesse », alors que vous avez pris le parti du Seigneur et qu’à un humain vous avez permis de prononcer de telles paroles.

14* ø [le verset du TM n’a été traduit ni dans G, ni dans θ’]

Second passage, 33:30

Le lemme de J. Ziegler en 33:27-30 se présente ainsi :

27   εἶτα τότε ἀπομέμψεται ἄνθρωπος αὐτὸς ἑαυτῷ λέγων

       Οἷα συνετέλουν, καὶ οὐκ ἄξια ἤτασέν με ὧν ἥμαρτον.

28   ì σῶσον ψυχήν μου τοῦ μὴ ἐλθεῖν εἰς διαφθοράν,

       ì καὶ ἡ ζωή μου φῶς ὄψεται.

29   ì ἰδοὺ πάντα ταῦτα ἐργᾶται ὁ ἰσχυρὸς

       ì ὁδοὺς τρεῖς μετὰ ἀνδρός.

30   ἀλλ᾽ ἐρρύσατο τὴν ψυχήν μου ἐκ θανάτου,

       ἵνα ἡ ζωή μου ἐν φωτὶ αἰνῇ αὐτόν.

En réalité le verset numéroté 33:30 dans l’édition de J. Ziegler traduit le verset 33:28 du TM (É. Dhorme, ad loc. ; C. E. Cox 1983, p. 92). Nous avons donc deux traductions de TM33:28, dans le Grec ancien et dans Théodotion, mais aucune traduction de TM33:30, ni dans le Grec ancien, ni dans Théodotion, ce que ne permet pas de comprendre la disposition des versets chez Ziegler.

Je propose de présenter la traduction comme ci-dessous, selon les mêmes principes que dans l’exemple précédent :

27        Ensuite l’humain se fera alors des reproches, en disant :

            Il ne m’a pas examiné comme le méritaient les fautes que j’ai commises.

28*       Mais Il a préservé mon être de la mort

            afin que ma vie Le loue dans la lumière.

28        θ’

            θ’

29        θ’

            θ’

30*       ø [élément du TM qui n’a été traduit ni dans G, ni dans θ’]

            ø [élément du TM qui n’a été traduit ni dans G, ni dans θ’]

Il faut remarquer que dans les deux cas les versets déplacés ne modifient pas la suite des versets telle qu’elle se présente chez Ziegler.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.