Bible grecque des Septante Reprise du cycle des conférences

Mis en avant

Interrompu depuis 2017, le cycle de conférences sur la Bible grecque organisé par  l’Université de Paris-Sorbonne et l’UMR 8167 (équipe « Antiquité classique et tardive ») reprend cette année, parallèlement au projet « La Bible d’Alexandrie », qui se propose de donner une traduction française de la Bible grecque publié aux éditions du Cerf.
 
 
Année 2021

16 avril 2021, 14h00-16h00
Innocent Himbaza (Université de Fribourg) : Le Lévitique dans la Biblia Hebraica Quinta et la question des manuscrits grecs de Qumran

17 juin 2021, 14h00-16h00
Matthieu Richelle (UCLouvain) : Les spécificités de la version grecque des livres des Rois (3-4 Règnes) : état des lieux des recherches récentes

1 décembre 2021, 17h00-19h00
Tuukka Kauhanen (Université d’Helsinki) : A Critical Edition of the Greek 2 Samuel (2 Kingdoms)

En raison de la crise sanitaire, au moins les deux premières séances auront lieu à distance.

Il est possible d’obtenir le lien zoom en contactant les organisateurs :
sebastien.morlet@sorbonne-universite.fr
olivier.munnich@sorbonne-universite.fr

Hommage à Marguerite Harl (1919-2020)

Mis en avant

                                                         Marguerite Harl s’est éteinte à Paris le 30 août 2020 à l’âge de 101 ans.

Professeur de grec post-classique à l’Université de Paris-Sorbonne de 1958 à 1986, cette hélléniste entreprit dans les années quatre-vingt de traduire en français la version grecque de la Bible, dite des Septante. Venue à cette première traduction de la Bible hébraïque par l’étude des auteurs grecs, juifs et chrétiens, qui – tels Philon d’Alexandrie, Clément d’Alexandrie, Origène ou Grégoire de Nysse – ne lisaient la Bible que sous cette forme, M. Harl fut encouragée dans cette entreprise de traduction par Dominique Barthélemy, grand spécialiste de critique textuelle.

La laïcité affirmée de l’Université française ne semblait pas de nature à favoriser un tel projet. Et pourtant, M. Harl sut s’entourer d’une équipe d’universitaires et redonner toute sa place dans le champ des études historiques et philologiques à cette littérature juive d’expression grecque.

C’est ainsi que le premier volume de la collection La Bible d’Alexandrie, La Genèse, fut publié en 1986. Dix-neuf autres volumes à ce jour sont parus : L’Exode, 1989 ; Le Lévitique 1988 ; Les Nombres1994 ; Le Deutéronome, 1992 ; Jésus/Josué 1996 ; Les Juges 1999 ; Ruth 2009 ; Premier Livre des Règnes 1997 ; Esdras II 2010 ; Esther 2012 ; Troisième Livre des Maccabées, 2008 ; Proverbes 2000 ; L’Ecclésiaste 2002 ; Le Cantique des cantiques 2019 ; Les Douze Prophètes (Joël, Abdiou, Jonas, Naoum, Ambakoum, Sophonie 1999 ;  Osée 2002 ; Aggée, Zacharie 2007 ; Malachie 2011) ; Baruch. Lamentations. Lettre de Jérémie 2005. Les autres volumes sont en préparation.

LA BIBLE D’ALEXANDRIE, Le Cantique des cantiques, volume 19

Mis en avant

 
Traduction et annotation par Jean-Marie Auwers
Éditions du Cerf, 2019
 
La grande majorité des exégètes lisent le Cantique des cantiques comme un poème d’amour entre un homme et une femme, alors que la tradition juive y voit une célébration des noces mystiques du Dieu d’Israël avec son peuple. Quel sens le poème avait-il pour le traducteur qui, sans doute au 1er siècle de notre ère, a fait passer en langue grecque ce fiévreux poème d’amour ? Telle est la question qui sous-tend cette étude de la version grecque du Cantique, accompagnée d’une traduction française et d’une annotation qui offre une comparaison serrée entre le texte grec et son modèle hébreu ainsi qu’un aperçu de la réception ancienne du livre.

Nouvelle parution : Représentations et personnification de la sagesse dans l’Antiquité et au-delà

 

Sous la direction de Stéphanie Anthonioz et Cécile Dogniez

Leuven, Peeters, 2021, coll. Orient et Méditerranée 35

Par «Dame Sagesse» on désigne généralement la figure de la sagesse telle qu’elle apparaît dans quelques passages bibliques. Si la personnification littéraire est un phénomène relativement courant, celle de la sagesse est plus étonnante, puisqu’elle se développe au point de donner à cette figure une identité unique en relation avec Dieu. La question n’est donc plus seulement littéraire, au point que les concepts d’immanence, de transcendance ou même d’hypostase ont pu être proposés pour la définir, sans oublier les nombreuses tentatives qui l’assimilent à quelque divinité antique connue ou aujourd’hui oubliée. Les diverses études réunies dans ce volume considèrent d’abord les époques et les milieux d’émergence des diverses représentations de la sagesse dans l’Antiquité, elles creusent les influences possibles voire évidentes au sein des traditions mésopotamiennes, égyptiennes, levantines et grecques et démontrent finalement comment la figure de la sagesse personnifiée est une figure fluide, en constante évolution, au gré de certains milieux religieux et de leurs interrogations.

Lady Wisdom usually refers to the figure of wisdom personified in some biblical texts. If personification is a relatively common literary device, that of wisdom is more striking, as it develops to the point of giving to the figure a unique identity in relation to God. The question is no longer literary, and concepts of immanence, transcendence and even hypostasis have been proposed to define her, as well as diverse identifications with some known or now forgotten ancient divinity. The contributions in this volume seek first to consider the context of each witness of the representations of wisdom in Antiquity, they trace possible influences within Mesopotamian, Egyptian, Levantine and Greek traditions, and finally demonstrate how wisdom personified is a fluid figure, in constant evolution, according to certain religious milieux and their interrogations.

Pour la Septante, voir les articles de :
Cécile Dogniez, La personnification de la sagesse dans la LXX des Proverbes
Dominique Mangin, La sagesse dans le chapitre 28 du texte grec court du livre de Job
Françoise Vinel, Dame Sagesse : les témoignages sur la sagesse dans la version grecque du Siracide

Consulter le site de l’éditeur et la table des matières

Gilles Dorival, Les divisions anciennes du Psautier de la Septante

 
 
Gilles Dorival, « Les divisions anciennes du Psautier de la Septante », dans Guillaume Bady, Marjo C.A. Korpel (éd.), Les délimitations éditoriales des Ecritures. Des Bibles anciennes aux lectures modernes = Editorial Delimitations of the Scriptures, from Ancient Bibles to Modern Readings, Peeters, 2020.
 
 

Historical and Theological Lexicon of the Septuagint

Historical and Theological Lexicon of the Septuagint. Vol. 1, Alpha – Gamma, ed. by Eberhard Bons, Mohr Siebeck, 2020.

The Hebrew Bible has played an important part in the development of Western culture. Its central ideas – such as monotheism, the demythologization of nature, or the linearity of time – needed to be taken out of the national and linguistic milieu in which they had developed, however, if they were to become comprehensible in the Graeco-Roman culture. They also needed to be rendered palatable to a mentality that had experienced the scientific, rationalist revolution prepared by the Greeks. As the oldest Greek translation of the Jewish Bible, composed during the third and second centuries B.C.E., the Septuagint represents the first important step in this process of acculturation.
Over the past twenty years, the Septuagint has come out of the shadows of its Hebrew source. Historians of Judaism, linguists, and biblical scholars have come to view it as a significant document in its own right. As the discoveries in Qumran have shown, the Hebrew source text of the Septuagint was not identical to the traditional text received by the synagogue.
The Historical and Theological Lexicon of the Septuagint is a large-scale collective and interdisciplinary project aimed at providing a new research tool: a multi-volume dictionary with around 600 comprehensive articles for each important word or word group of the Septuagint, thereby filling an important gap in the fields of ancient philology and religious studies.

Voir le site de l’éditeur

EXODOS, Storia di un vocabolo

Eberhard Bons, Anna Mambelli, Daniela Scialabba (a cura di), Exodos, Storia di un vacabolo, collana « Pubblicazioni dell’istituto per le scienze religiose – Bologna » 2020.

Il libro indaga i diversi usi del vocabolo exodos a partire dalla letteratura greca antica fino alla letteratura cristiana dei primi secoli, attraverso un percorso unitario e sistematico. In particolare, tre domande principali costituiscono il filo conduttore del volume: perché la partenza degli israeliti dall’Egitto viene chiamata exodos? La storia di tale sostantivo nella letteratura di lingua greca può spiegare questa scelta terminologica? Fino a che punto tale scelta ha influenzato la ricezione dell’idea dell’esodo? Nella ricerca storica, filologica e biblica questa tematica non è stata affrontata in maniera organica ed esaustiva. Un approccio lessicale, filologico e storico intende colmare una lacuna importante nella conoscenza di un termine che ha segnato la nostra storia sin dall’antichità.

Voir le site de l’éditeur

 

 

 

Deux soutenances de thèse à l’Université de Strasbourg en lien avec la LXX

Emmanuel Weiss, « La relecture de 2 Maccabées par l’auteur de 4 Maccabées : les différentes dimensions d’une relation d’intertexualité au sein de la littérature deutérocanonique » sous la direction de Ch. Grappe (jury : J. Joosten, M. Karrer, D. Stoekl Ben Ezra et S. Honigman) le 15 novembre 2019.

Antonella Bellantuono, « Divine Epithets in Jewish-Hellenistic Littérature », sous la direction d’E. Bons (jury : K. De Troyer, A. Passoni dell’Acqua et F. Vinel) le 16 novembre 2019.

 

Les douze Prophètes dans la LXX. Protocoles et procédures dans la traduction grecque : stylistique, poétique et histoire

Supplements to Vetus Testamentum 180, Brill, Leiden, 2019,  édité par Cécile Dogniez et Philippe Le Moigne    

La traduction grecque des Douze Prophètes est intéressante à plus d’un titre. Le caractère littéraire de ces textes légitime le réexamen des protocoles et des procédures stylistiques et poétiques mis en œuvre par le traducteur lors du transfert de l’hébreu au grec. Les acquis récents en histoire textuelle justifient de revenir sur certaines variantes du texte grec, qu’elles relèvent d’une Vorlage différente du texte massorétique ou des procédures textuelles imaginées face à un mot hébreu rare ou à une difficulté exégétique. Les traces d’interprétation obligent ainsi à interroger le milieu de production – culturel, politique ou religieux – de la Septante des Douze. Les lectures juives et chrétiennes du Dodékaprophéton, de Symmaque à l’expression iconographique byzantine, témoignent enfin de l’importance de l’histoire de la réception autant que du texte lui-même.

The Greek translation of the Minor Prophets is interesting from several points of view. The literary character of the texts calls for a re-examination of the stylistic and poetic strategies employed by the translator. Recent developments in the study of textual history justify a fresh study of certain variants in the Greek that may arise either from a non-Masoretic Vorlage or from attempts to deal with rare Hebrew words or exegetical difficulties. Such signs of interpretative activity thus raise questions about the original context in which the Septuagint of the Twelve was produced. Finally, Jewish and Christian readings of the Dodekapropheton testify to the importance of the book’s reception history as well as of the text itself.

La table des matières, l’avant-propos et les textes (en pdf) sont disponibles sur le site de l’éditeur, sous certaines conditions.

Voir le site de l’éditeur

 

International Congress of the IOSCS, Aberdeen 4th–9th August 2019

 
The main theme of the IOSCS meetings will be ‘The Septuagint in its Hellenistic Jewish setting’, encompassing questions of history, textual development, interpretation, religious outlook, cultural context, and lexicography. 

However, papers on other subjects will also be considered. Both the IOSCS projects (NETS, Hexapla, LXX.D, SBLCS) and other allied groups (e.g. HTLS, Göttingen volume editors, La Bible d’Alexandrie) will offer panel sessions, either on the conference theme or on aspects of their current work.


 

Réunion annuelle « Bible d’Alexandrie » du vendredi 7 juin 2019. À propos du volume « livre de Job », un memorandum de Dominique Mangin

J’aimerais apporter des précisions aux deux questions soulevées par Olivier Munnich dans le compte rendu de notre réunion de l’an dernier, à propos de 1/ la réception de la version grecque de Job et 2/ l’emplacement, dans le volume, de l’analyse du texte massorétique.

1/ La réception

Mon volume porte exclusivement sur le texte court et donc, effectivement, la réception du texte long par les Pères de l’Église devra prendre place dans un second volume. Ce point avait été déjà abordé dans le passé. Il me semble que le responsable de ce second volume devrait également traiter de la question de Théodotion dans le texte long et traduire les stiques astérisés, voire modifier la traduction du texte court en fonction de la présence des stiques astérisés et, peut-être, de la réception de ce texte long par les Pères de l’Église.

Cependant, dans le premier volume, je pourrai traiter de la réception du texte court chez les quelques témoins qui l’attestent dans le domaine latin : Cyprien, Lucifer de Cagliari, Priscillien et le Liber de divinis scripturis. La réception est circonscrite et n’alourdira pas le volume : douze passages citent 4 stiques (2 fois), 8 stiques, 12 stiques (3 fois), 13 stiques (2 fois), 14 stiques, 17 stiques, 28 stiques, 42 stiques.

Parenthèse sur le fragment d’Aristée l’Historien et sur le Testament de Job : ce sont des témoins du Grec ancien de Job, mais non pas, pour des raisons méthodologiques, des témoins du texte court. Le fragment d’Aristée l’Historien est un témoignage des premiers lecteurs du Grec ancien de Job et appartient à la phase de la première réception, quand le texte a l’ascendant sur le lecteur (et ceci à cause et en dépit de son horizon d’attente) ; le Testament de Job témoigne, lui aussi, du Grec ancien, mais dans une réception où l’amplification narrative de l’auteur du Testament a l’ascendant sur le texte qu’il cite. Parfois le Testament cite le grec de Job au sens strict du terme (une petite vingtaine de stiques entiers, mais beaucoup plus souvent des syntagmes) ; parfois ont été relevées des similitudes de vocabulaire dans des phrases autrement construites que dans la version grecque ; parfois, enfin, se rencontrent des synonymes au lieu des mots précis attestés dans le Grec ancien (je me fonde sur l’étude de Berndt Schaller, Biblica 61, 1980, p. 377-406). Sur les 65 passages du Testament qui se réfèrent à GJb (un seul passage peut réunir la substance d’un ou de quelques stiques), 48 se réfèrent au récit-cadre (30 + 18) et 17 au cycle des discours.

2/ L’emplacement, dans le volume, de l’analyse du TM en tant qu’objet esthétique

L’analyse du TM en tant qu’objet esthétique occupera la première section (numérotée 3) de la partie centrale du volume (sections numérotées 3, 4 et 5). Le volume sera constitué de :

  1. la bibliographie (selon l’usage de la collection) ;
  2. l’introduction (le texte grec ; le modèle hébreu présumé ; la pratique de traduction ; les outils de l’analyse littéraire qui seront utilisés dans la suite du volume) ;
  3. l’analyse du TM, dans le récit-cadre et discours par discours (analyse des lignes de force de l’objet poétique au moyen des outils présentés dans l’introduction) ;
  4. la traduction et les notes de bas de page (selon l’usage de la collection) ;
  5. les caractéristiques du texte court et sa logique propre ; conclusion sur la pratique effective du traducteur grec ;
  6. la réception du texte court ;
  7. les index.

À propos de l’analyse du TM

Dans la dernière section de l’introduction seront présentés les outils de l’analyse littéraire, c’est-à-dire les marques de littérarité qui orientent la lecture du contenu discursif, à savoir :

— les instances d’énonciation (les marques de personnes grammaticales peuvent en faire partie) et, de façon plus englobante encore, la polyphonie qui infuse la totalité du texte ;

— la pluralité de registres et de genres littéraires ;

— les répétitions ;

— la structure en entrelacs ;

— la composition en tuilage (mot que j’emprunte à Rober Alter) ;

— les passages parallèles et plus généralement le jeu des échos entre les différentes parties du livre ;

— le jeu des citations, avec le problème plus particulier de possibles citations dissimulées (d’après les observations de Tur-Sinai) ;

— le statut particulier des discours d’Élihou (un texte second et, plus précisément, un commentaire qui a la particularité d’être écrit dans le même genre littéraire que le livre qu’il commente).

Ces marques de littérarité se dégagent sur un fond d’indéterminations (la compréhension du livre de Job ne va pas de soi) et déjouent la lecture linéaire de l’œuvre. Il est étonnant de constater que ces marques de littérarité sont ambiguës. Un seul exemple : les nombreuses répétitions, dans le premier temps de la lecture, brouillent la compréhension du lecteur ; dans un second temps, ces répétitions se différencient aux yeux du lecteur par les variations, parfois très fines, dont elles sont affectées ; à la fin, les répétitions attirent l’attention sur ce qui n’est pas répété : elles deviennent ainsi des indices qui orientent la lecture.

À propos des notes de bas de page

La première strate des notes de bas de page sera une analyse linéaire descriptive de la traduction grecque par rapport à son modèle hébreu présumé : a/ traduction manifeste ; b/ correspondance, entre le grec et l’hébreu, compatible avec le TM ; c/ plus de traduction ; d/ plus interprétatif ; e/ stique surnuméraire ; f/ réécriture ou transposition de sens ; g/ stique ou syntagme difficilement rattachables au TM. Certaines vocalisations différentes de celles du TM seront signalées, ainsi que des lectures de consonnes différentes de celles du texte consonantique (sans prétention à l’exhaustivité). La seconde strate développera assez brièvement les écarts intéressants, dans la mesure où l’enjeu de l’écart est local ; les particularités du texte grec qui touchent à l’économie du livre, et qui nécessitent un plus long développement, seront traitées dans la section suivante, numérotée 5, « les caractéristiques du texte court et sa logique propre ».

À propos de la disposition des versets et de leur numérotation dans l’édition de J. Ziegler

Je me conforme à la numérotation de J. Ziegler, mais je propose — dans un certain nombre de cas qui, en définitive, ne devraient pas être très nombreux — de modifier légèrement cette numérotation. Deux exemples :

Premier passage, 32:13-14

Le lemme de J. Ziegler en 32:13-14 se présente ainsi :

13 ἵνα μὴ εἴπητε Εὕρομεν σοφίαν, κυρίῳ προσθέμενοι·

14 ἀνθρώπῳ δὲ ἐπετρέψατε λαλῆσαι τοιαῦτα ῥήματα.

En réalité le monostique 32:14 — ἀνθρώπῳ δὲ ἐπετρέψατε λαλῆσαι τοιαῦτα ῥήματα « à un humain vous avez permis de prononcer de telles paroles » — ne traduit pas le TM correspondant, mais se trouve être un élément interprétatif qui continue le syntagme κυρίῳ προσθέμενοι « ayant pris le parti du Seigneur », au verset précédent, lui-même constituant un plus interprétatif. Je propose de présenter la traduction comme ci-dessous, en ajoutant un astérisque au numéro du verset, afin d’indiquer la modification par rapport à l’édition de J. Ziegler, et en mettant les éléments interprétatifs en italiques :

13* afin que vous ne disiez pas « nous avons trouvé la sagesse », alors que vous avez pris le parti du Seigneur et qu’à un humain vous avez permis de prononcer de telles paroles.

14* ø [le verset du TM n’a été traduit ni dans G, ni dans θ’]

Second passage, 33:30

Le lemme de J. Ziegler en 33:27-30 se présente ainsi :

27   εἶτα τότε ἀπομέμψεται ἄνθρωπος αὐτὸς ἑαυτῷ λέγων

       Οἷα συνετέλουν, καὶ οὐκ ἄξια ἤτασέν με ὧν ἥμαρτον.

28   ì σῶσον ψυχήν μου τοῦ μὴ ἐλθεῖν εἰς διαφθοράν,

       ì καὶ ἡ ζωή μου φῶς ὄψεται.

29   ì ἰδοὺ πάντα ταῦτα ἐργᾶται ὁ ἰσχυρὸς

       ì ὁδοὺς τρεῖς μετὰ ἀνδρός.

30   ἀλλ᾽ ἐρρύσατο τὴν ψυχήν μου ἐκ θανάτου,

       ἵνα ἡ ζωή μου ἐν φωτὶ αἰνῇ αὐτόν.

En réalité le verset numéroté 33:30 dans l’édition de J. Ziegler traduit le verset 33:28 du TM (É. Dhorme, ad loc. ; C. E. Cox 1983, p. 92). Nous avons donc deux traductions de TM33:28, dans le Grec ancien et dans Théodotion, mais aucune traduction de TM33:30, ni dans le Grec ancien, ni dans Théodotion, ce que ne permet pas de comprendre la disposition des versets chez Ziegler.

Je propose de présenter la traduction comme ci-dessous, selon les mêmes principes que dans l’exemple précédent :

27        Ensuite l’humain se fera alors des reproches, en disant :

            Il ne m’a pas examiné comme le méritaient les fautes que j’ai commises.

28*       Mais Il a préservé mon être de la mort

            afin que ma vie Le loue dans la lumière.

28        θ’

            θ’

29        θ’

            θ’

30*       ø [élément du TM qui n’a été traduit ni dans G, ni dans θ’]

            ø [élément du TM qui n’a été traduit ni dans G, ni dans θ’]

Il faut remarquer que dans les deux cas les versets déplacés ne modifient pas la suite des versets telle qu’elle se présente chez Ziegler.

The Septuagint and the Cultural World of the Translators (EABS annual conference, Varsovie 11th-14th August 2019)

Appel à contributions:
Un nouveau groupe de recherche sur le vocabulaire de la Septante dans son contexte hellénistique, animé par Anna Angelini, Jan Joosten et Romina Vergari, débutera lors de la prochaine conférence annuelle de l’European Association of Biblical Studies (EABS) à Varsovie, du 11 au 14 août 2019. Un « call for papers » a été ouvert et encourageons tous ceux qui sont intéressés à soumettre un résumé d’ici le 28 février prochainVeuillez consulter ce lien pour plus d’informations:
https://www.eabs.net/EABS/Research-Units/Research_Units/Research_Units_2019/The_Septuagint_and_the_Cultural_World_of_the_Translators.aspx