LA BIBLE D’ALEXANDRIE, Le Cantique des cantiques, volume 19

Mis en avant

 
Traduction et annotation par Jean-Marie Auwers
Éditions du Cerf, 2019
 
La grande majorité des exégètes lisent le Cantique des cantiques comme un poème d’amour entre un homme et une femme, alors que la tradition juive y voit une célébration des noces mystiques du Dieu d’Israël avec son peuple. Quel sens le poème avait-il pour le traducteur qui, sans doute au 1er siècle de notre ère, a fait passer en langue grecque ce fiévreux poème d’amour ? Telle est la question qui sous-tend cette étude de la version grecque du Cantique, accompagnée d’une traduction française et d’une annotation qui offre une comparaison serrée entre le texte grec et son modèle hébreu ainsi qu’un aperçu de la réception ancienne du livre.

Réunion annuelle « Bible d’Alexandrie » du vendredi 7 juin 2019. À propos du volume « livre de Job », un memorandum de Dominique Mangin

Mis en avant

J’aimerais apporter des précisions aux deux questions soulevées par Olivier Munnich dans le compte rendu de notre réunion de l’an dernier, à propos de 1/ la réception de la version grecque de Job et 2/ l’emplacement, dans le volume, de l’analyse du texte massorétique.

1/ La réception

Mon volume porte exclusivement sur le texte court et donc, effectivement, la réception du texte long par les Pères de l’Église devra prendre place dans un second volume. Ce point avait été déjà abordé dans le passé. Il me semble que le responsable de ce second volume devrait également traiter de la question de Théodotion dans le texte long et traduire les stiques astérisés, voire modifier la traduction du texte court en fonction de la présence des stiques astérisés et, peut-être, de la réception de ce texte long par les Pères de l’Église.

Cependant, dans le premier volume, je pourrai traiter de la réception du texte court chez les quelques témoins qui l’attestent dans le domaine latin : Cyprien, Lucifer de Cagliari, Priscillien et le Liber de divinis scripturis. La réception est circonscrite et n’alourdira pas le volume : douze passages citent 4 stiques (2 fois), 8 stiques, 12 stiques (3 fois), 13 stiques (2 fois), 14 stiques, 17 stiques, 28 stiques, 42 stiques.

Parenthèse sur le fragment d’Aristée l’Historien et sur le Testament de Job : ce sont des témoins du Grec ancien de Job, mais non pas, pour des raisons méthodologiques, des témoins du texte court. Le fragment d’Aristée l’Historien est un témoignage des premiers lecteurs du Grec ancien de Job et appartient à la phase de la première réception, quand le texte a l’ascendant sur le lecteur (et ceci à cause et en dépit de son horizon d’attente) ; le Testament de Job témoigne, lui aussi, du Grec ancien, mais dans une réception où l’amplification narrative de l’auteur du Testament a l’ascendant sur le texte qu’il cite. Parfois le Testament cite le grec de Job au sens strict du terme (une petite vingtaine de stiques entiers, mais beaucoup plus souvent des syntagmes) ; parfois ont été relevées des similitudes de vocabulaire dans des phrases autrement construites que dans la version grecque ; parfois, enfin, se rencontrent des synonymes au lieu des mots précis attestés dans le Grec ancien (je me fonde sur l’étude de Berndt Schaller, Biblica 61, 1980, p. 377-406). Sur les 65 passages du Testament qui se réfèrent à GJb (un seul passage peut réunir la substance d’un ou de quelques stiques), 48 se réfèrent au récit-cadre (30 + 18) et 17 au cycle des discours.

2/ L’emplacement, dans le volume, de l’analyse du TM en tant qu’objet esthétique

L’analyse du TM en tant qu’objet esthétique occupera la première section (numérotée 3) de la partie centrale du volume (sections numérotées 3, 4 et 5). Le volume sera constitué de :

  1. la bibliographie (selon l’usage de la collection) ;
  2. l’introduction (le texte grec ; le modèle hébreu présumé ; la pratique de traduction ; les outils de l’analyse littéraire qui seront utilisés dans la suite du volume) ;
  3. l’analyse du TM, dans le récit-cadre et discours par discours (analyse des lignes de force de l’objet poétique au moyen des outils présentés dans l’introduction) ;
  4. la traduction et les notes de bas de page (selon l’usage de la collection) ;
  5. les caractéristiques du texte court et sa logique propre ; conclusion sur la pratique effective du traducteur grec ;
  6. la réception du texte court ;
  7. les index.

À propos de l’analyse du TM

Dans la dernière section de l’introduction seront présentés les outils de l’analyse littéraire, c’est-à-dire les marques de littérarité qui orientent la lecture du contenu discursif, à savoir :

— les instances d’énonciation (les marques de personnes grammaticales peuvent en faire partie) et, de façon plus englobante encore, la polyphonie qui infuse la totalité du texte ;

— la pluralité de registres et de genres littéraires ;

— les répétitions ;

— la structure en entrelacs ;

— la composition en tuilage (mot que j’emprunte à Rober Alter) ;

— les passages parallèles et plus généralement le jeu des échos entre les différentes parties du livre ;

— le jeu des citations, avec le problème plus particulier de possibles citations dissimulées (d’après les observations de Tur-Sinai) ;

— le statut particulier des discours d’Élihou (un texte second et, plus précisément, un commentaire qui a la particularité d’être écrit dans le même genre littéraire que le livre qu’il commente).

Ces marques de littérarité se dégagent sur un fond d’indéterminations (la compréhension du livre de Job ne va pas de soi) et déjouent la lecture linéaire de l’œuvre. Il est étonnant de constater que ces marques de littérarité sont ambiguës. Un seul exemple : les nombreuses répétitions, dans le premier temps de la lecture, brouillent la compréhension du lecteur ; dans un second temps, ces répétitions se différencient aux yeux du lecteur par les variations, parfois très fines, dont elles sont affectées ; à la fin, les répétitions attirent l’attention sur ce qui n’est pas répété : elles deviennent ainsi des indices qui orientent la lecture.

À propos des notes de bas de page

La première strate des notes de bas de page sera une analyse linéaire descriptive de la traduction grecque par rapport à son modèle hébreu présumé : a/ traduction manifeste ; b/ correspondance, entre le grec et l’hébreu, compatible avec le TM ; c/ plus de traduction ; d/ plus interprétatif ; e/ stique surnuméraire ; f/ réécriture ou transposition de sens ; g/ stique ou syntagme difficilement rattachables au TM. Certaines vocalisations différentes de celles du TM seront signalées, ainsi que des lectures de consonnes différentes de celles du texte consonantique (sans prétention à l’exhaustivité). La seconde strate développera assez brièvement les écarts intéressants, dans la mesure où l’enjeu de l’écart est local ; les particularités du texte grec qui touchent à l’économie du livre, et qui nécessitent un plus long développement, seront traitées dans la section suivante, numérotée 5, « les caractéristiques du texte court et sa logique propre ».

À propos de la disposition des versets et de leur numérotation dans l’édition de J. Ziegler

Je me conforme à la numérotation de J. Ziegler, mais je propose — dans un certain nombre de cas qui, en définitive, ne devraient pas être très nombreux — de modifier légèrement cette numérotation. Deux exemples :

Premier passage, 32:13-14

Le lemme de J. Ziegler en 32:13-14 se présente ainsi :

13 ἵνα μὴ εἴπητε Εὕρομεν σοφίαν, κυρίῳ προσθέμενοι·

14 ἀνθρώπῳ δὲ ἐπετρέψατε λαλῆσαι τοιαῦτα ῥήματα.

En réalité le monostique 32:14 — ἀνθρώπῳ δὲ ἐπετρέψατε λαλῆσαι τοιαῦτα ῥήματα « à un humain vous avez permis de prononcer de telles paroles » — ne traduit pas le TM correspondant, mais se trouve être un élément interprétatif qui continue le syntagme κυρίῳ προσθέμενοι « ayant pris le parti du Seigneur », au verset précédent, lui-même constituant un plus interprétatif. Je propose de présenter la traduction comme ci-dessous, en ajoutant un astérisque au numéro du verset, afin d’indiquer la modification par rapport à l’édition de J. Ziegler, et en mettant les éléments interprétatifs en italiques :

13* afin que vous ne disiez pas « nous avons trouvé la sagesse », alors que vous avez pris le parti du Seigneur et qu’à un humain vous avez permis de prononcer de telles paroles.

14* ø [le verset du TM n’a été traduit ni dans G, ni dans θ’]

Second passage, 33:30

Le lemme de J. Ziegler en 33:27-30 se présente ainsi :

27   εἶτα τότε ἀπομέμψεται ἄνθρωπος αὐτὸς ἑαυτῷ λέγων

       Οἷα συνετέλουν, καὶ οὐκ ἄξια ἤτασέν με ὧν ἥμαρτον.

28   ì σῶσον ψυχήν μου τοῦ μὴ ἐλθεῖν εἰς διαφθοράν,

       ì καὶ ἡ ζωή μου φῶς ὄψεται.

29   ì ἰδοὺ πάντα ταῦτα ἐργᾶται ὁ ἰσχυρὸς

       ì ὁδοὺς τρεῖς μετὰ ἀνδρός.

30   ἀλλ᾽ ἐρρύσατο τὴν ψυχήν μου ἐκ θανάτου,

       ἵνα ἡ ζωή μου ἐν φωτὶ αἰνῇ αὐτόν.

En réalité le verset numéroté 33:30 dans l’édition de J. Ziegler traduit le verset 33:28 du TM (É. Dhorme, ad loc. ; C. E. Cox 1983, p. 92). Nous avons donc deux traductions de TM33:28, dans le Grec ancien et dans Théodotion, mais aucune traduction de TM33:30, ni dans le Grec ancien, ni dans Théodotion, ce que ne permet pas de comprendre la disposition des versets chez Ziegler.

Je propose de présenter la traduction comme ci-dessous, selon les mêmes principes que dans l’exemple précédent :

27        Ensuite l’humain se fera alors des reproches, en disant :

            Il ne m’a pas examiné comme le méritaient les fautes que j’ai commises.

28*       Mais Il a préservé mon être de la mort

            afin que ma vie Le loue dans la lumière.

28        θ’

            θ’

29        θ’

            θ’

30*       ø [élément du TM qui n’a été traduit ni dans G, ni dans θ’]

            ø [élément du TM qui n’a été traduit ni dans G, ni dans θ’]

Il faut remarquer que dans les deux cas les versets déplacés ne modifient pas la suite des versets telle qu’elle se présente chez Ziegler.

International Congress of the IOSCS, Aberdeen 4th–9th August 2019

 
The main theme of the IOSCS meetings will be ‘The Septuagint in its Hellenistic Jewish setting’, encompassing questions of history, textual development, interpretation, religious outlook, cultural context, and lexicography. 

However, papers on other subjects will also be considered. Both the IOSCS projects (NETS, Hexapla, LXX.D, SBLCS) and other allied groups (e.g. HTLS, Göttingen volume editors, La Bible d’Alexandrie) will offer panel sessions, either on the conference theme or on aspects of their current work.


 

The Septuagint and the Cultural World of the Translators (EABS annual conference, Varsovie 11th-14th August 2019)

Appel à contributions:
Un nouveau groupe de recherche sur le vocabulaire de la Septante dans son contexte hellénistique, animé par Anna Angelini, Jan Joosten et Romina Vergari, débutera lors de la prochaine conférence annuelle de l’European Association of Biblical Studies (EABS) à Varsovie, du 11 au 14 août 2019. Un “call for papers” a été ouvert et encourageons tous ceux qui sont intéressés à soumettre un résumé d’ici le 28 février prochainVeuillez consulter ce lien pour plus d’informations:
https://www.eabs.net/EABS/Research-Units/Research_Units/Research_Units_2019/The_Septuagint_and_the_Cultural_World_of_the_Translators.aspx

Hugues Cousin, collaborateur de La Bible d’Alexandrie, est décédé le 20 janvier 2019 à Auxerre

 
Hugues Cousin était né en 1942. Devenu dominicain de la province de France, il eut une intense activité d’enseignement, notamment comme professeur de Nouveau Testament à l’Université Catholique de Lyon  jusqu’au début des années 1990. Il collabora aux Cahiers bleus de La Tourette qui eurent un grand retentissement dans le monde catholique francophone. Il se fit connaître aussi par des livres comme Le prophète assassinéHistoire des textes évangéliques de la Passion (Paris, Ed. Universitaires,1976).Après son mariage et sa réduction à l’état laïc, établi à Auxerre, il se consacra à des activités d’édition. Il a ainsi dirigé pendant vingt ans la collection des Suppléments aux Cahiers Évangile. Dans le numéro 74 il y publia La Septante : La Bible grecque, en 1990. Il a également été la cheville ouvrière du livre collectif Le Monde où vivait Jésus (Paris Cerf, 1998).Pour la collection La Bible d’Alexandrie, il préparait les Paralipomènes avec d’autres collaborateurs.Il laisse derrière lui sa femme Françoise, leurs trois enfants, une immense renommée dans le domaine des études néo-testamentaires, et les nombreux amis que lui avaient acquis sa douceur, son humour et son indéfectible fidélité.

Cycle de conférences à l’Ecole pratique des hautes études La Bible grecque des Septante : histoire du texte et de sa réception juive et chrétienne

Sébastien Morlet
Année 2018-2019


Programme de l’année :
1/ Introduction à l’étude de la Septante
2/ Lecture et commentaire du livre II des Règnes (suite)

Cette année, le cycle de conférences sera divisé en deux séries de 6 séances.
Séances 1 à 6 : Introduction à l’étude de la Septante.
On présentera l’histoire du texte, les caractéristiques de la Bible grecque, et l’on prendra
quelques exemples de péricopes intéressantes pour l’écart qu’elles présentent par
rapport au texte hébraïque, ou les commentaires auxquels elles ont pu donner lieu dans
l’Antiquité juive et chrétienne. Ce premier cycle s’adresse en priorité aux étudiants de
master et de doctorat.
Programme indicatif :
Séance 1 : La Bible: les légendes autour de sa traduction en grec et les exploitations apologétiques
auxquelles elles ont donné lieu dans l’Antiquité
Séance 2 : La pluralité textuelle des Ecritures : un problème théologique dans l’Antiquité
Séance 3 : La Bible dans la Chronique d’Eusèbe
Séance 4 : Le thème de la concorde (symphônia) du texte biblique dans l’Antiquité
Séance 5 : Le thème de l’accord de la Bible et de l’hellénisme dans l’Antiquité chrétienne
Séance 6 : Le commentaire de l’écriture dans l’Antiquité – autour des Questions sur la Genèse de Théodoret
de Cyr
Séances 7 à 12 : Lecture et commentaire du livre II des Règnes (suite)
Reprise de la lecture, de la traduction et du commentaire de II Règnes (= II Samuel dans
la Bible hébraïque), commencés l’an dernier. On terminera l’étude de ce livre consacré
au règne du roi David, dans l’optique de la parution prochaine du volume correspondant
dans la collection « La Bible d’Alexandrie ». Ce second cycle s’adresse au même public,
ainsi qu’à un public de chercheurs.
Calendrier des séances :
13 février
20 février
27 février
20 mars
27 mars
3 avril
10 avril
17 avril
24 avril
15 mai
22 mai
29 mai
Les séances auront lieu à la Maison des Sciences de l’Homme, 54 bd Raspail, 75006
Paris, salle 26, les mercredis de 17h à 19h.
Contact : Sebastien.Morlet@paris-sorbonne.fr

Parution des Actes du colloque international sur le Nouveau Testament tenu à Aix-en-Provence en 2014

C.-B. Amphoux – J. Assaël (éd.), Philologie et Nouveau Testament. Principes de traduction et d’interprétation critique, Héritages méditerranéens, Aix en Provence, P.U.P., 2018.

Avec les contributions de : C.-B. Amphoux (Montpellier), “les éd. imprimées du NT” ; J. Assaël (Nice), “la nécrose de Jésus, 2 Co 4,10-15” ; C. Boudignon (Aix), “le Notre Père” ; R. Burnet (Louvain-la-Neuve), “Thaddée ou Lebbée, le 10e apôtre” ; J. Casteigt (Toulouse), “la colombe du baptême de Jésus chez Albert le Grand” ; G. Dahan (Paris), “le NT dans les correctoires du 13e s.” ; G. Dorival (Aix), “le NT selon la tradition alexandrine” ; L. Mellerin (Lyon), “le blasphème contre l’esprit, Mt 12,31-32 et //, chez les Pères” ; P. Molinié (Paris), “les récapitulations bibliques chez Jean Chrysostome” ; E. Nodet (Jérusalem), “Lc 7,18 et Gal. 2,1 chez Marcion” ; D. Pastorelli (Avignon), “le Monogène, en Jn 1,18” ; L. Pinchard (Londres), “2 variantes du Codex de Bèze, Mt 26,55 et 28,8” ; J. Read Heimerdinger (Bangor, Wales), “l’analyse du discours, ex. dans les Actes des apôtres” ; J. Reynard (Lyon), “le problème de la finale de Marc” ; E. Robberechts (Marseille), “la controverse chrétienne entre foi et œuvres ».

Nouvelles publications d’Emanuel Tov

–  “The Septuagint of Numbers as a Harmonizing Text,” in Die Septuaginta – Geschichte, Wirkung, Relevanz, 6. Internationale Fachtagung veranstaltet von Septuaginta Deutsch (LXX.D), Wuppertal 21.–24. Juli 2016, ed. Martin Meiser et al., WUNT 405 (Tübingen: Mohr-Siebeck, 2018), 181–201.

– “Moses in the Septuagint,” in Figures Who Shape Scriptures, Scriptures That Shape Figures, Essays in Honour of Benjamin Wright III, ed. Géza G. Xeravits and Greg Schmidt Goering,Deuterocanonical and Cognate Literature Studies 40 (Berlin: de Gruyter, 2018), 3–20.

La Bible grecque des Septante : histoire du texte et de sa réception juive et chrétienne

Conférences à l’EPHE de Sébastien Morlet, le mercredi de 17 à 19h.

Premier cours le 30 janvier 2019

Raspail MSH

54 boulevard Raspail

75006 Paris

Salle 26

1/ Séances 1-6 : Introduction sur la Septante, son histoire et son exégèse
2/ Séances 7-12 : Lecture du livre II des Règnes dans la Septante (suite) : traduction, commentaire

La christianisation du texte de la Septante dans les Psaumes par Gilles Dorival



La séance du séminaire aura lieu le vendredi 21 décembre 2018 de 11h à 13h, dans la salle de documentation de l’Institut des Sources chrétiennes, 22, rue Sala, 69002 Lyon.



Au cours de leur transmission, les Psaumes de la Septante ont été parfois christianisés. Comment et pourquoi ? Quelques textes chrétiens ont été introduits, comme les Odes 9 et 13 (qui proviennent de l’évangile de Luc) et l’Ode 14 (qui est une composition ecclésiastique), ainsi que Romains 3,12-18 en Psaume 13,3cj ; ce dernier cas s’explique par une polémique dirigée autant contre les Juifs que contre les païens ; l’addition de Job 41,17ae a probablement une origine juive, et non chrétienne. Un autre procédé de christianisation consiste à introduire des versets en conformité avec la forme du Nouveau Testament : les copistes chrétiens ont cette forme en tête et ils l’introduisent mécaniquement ; ici, il n’y a pas de polémique antijuive, seulement l’affirmation de l’identité chrétienne. Le troisième procédé de christianisation consiste à introduire des mots d’origine chrétienne ; mais l’addition du mot anastasis dans le titre du Ps 65 n’est pas chrétienne ; cinq versets doivent être pris en considération : Ps 37,14a; 37,21c; 49,6a; 50, 9a ad 95,10a (la célèbre addition « depuis le bois »). 

The Greek of Pentateuch: Grinfield Lectures On The Septuagint 2011-2012, by John A.L. Lee, Oxford University Press, 2018

  • Offers previously unpublished versions of the six Grinfield Lectures given by John A. L. Lee in Oxford in 2011 and 2012
  • Presents an essential contribution to future research on the Septuagint, Greek lexicography, papyrology, and Hellenistic Jewish Studies by bringing to light fundamental findings
  • Contains a range of illustrative examples from the Septuagint itself, Greek papyri of the period found in Egypt, and classical literature

Parution du JSCS 51, 2018

Second numéro spécial pour célébrer les 50 ans du Bulletin of the International Organization for Septuagint and Cognate Studies(BIOSCS), appelé depuis le volume 44 Journal of Septuagint and Cognate Studies (JSCS) et désormais publié par Peeters  publishers (site de l’éditeur).

Télécharger ici la table des matières

Pour vous abonner à la revue JSCS, voir les informations ici : http://ccat.sas.upenn.edu/ioscs/membership/

 

7. Internationale Septuaginta-Konferenz (org. Septuaginta Deutsch)

19.-22. Juli 2018
Wuppertal
Die Septuaginta: Themen – Manuskripte – Wirkungen
Ce colloque sur la Septante organisé par la Septuaginta Deutsch a lieu tous les deux ans à Wuppertal
Voir le programme ci-joint.