La Septante est née en 1587, ou quelques surprises de l’édition sixtine

D’une certaine façon – en tant qu’objet unique et complet –, la Septante est née en 1587. C’est la date de l’édition sixtine (du nom du pape Sixte V), dont le titre est le suivant : Η ΠΑΛΑΙΑ ΔΙΑΘΗΚΗ ΚΑΤΑ ΤΟΥΣ ΕΒΔΟΜΗΚΟΝΤΑ ΔΙ ΑΥΘΕΝΤΙΑΣ ΞΥΣΤΟΥ Ε’ ΑΚΡΟΥ ΑΡΧΙΕΡΕΩΣ ΕΚΔΟΘΕΙΣΑ. VETVS TESTAMENTVM IVXTA SEPTVAGINTA EX AVCTORITATE SIXTI V. PONT. MAX. EDITVM ROMAE EX TYPOGRAPHIA FRANCISCI ZANETTI. M.D.LXXXVI CVM PRIVILEGIO GEORGIO FERRARIO CONCESSO. La date de la page de titre (1586) est celle de l’impression, mais le livre n’a été mis en circulation qu’à partir de mai 1587.

Une Bible sans Nouveau Testament

Comme on le sait, la 1ère édition complète de la Septante se trouve dans la 3e colonne de l’AT de la Polyglotte, ou Complutensis, imprimée à Alcalà (Espagne) et menée de 1502 à 1517 (jusqu’en 1520 pour le Nouveau Testament) ; la 2e correspond à l’Ancien Testament de l’édition aldine de la bible grecque, parue à Venise en 1518-1519 ; la 3e est l’édition sixtine, pour la 1ère fois – et là est l’une des nouveautés – sans le Nouveau Testament.

Cette absence du NT pourrait s’expliquer en partie de façon contingente par un souci tactique : le 17 mars 1546, les Pères du concile de Trente s’étaient prononcés contre une nouvelle édition des textes hébraïque et grec et n’avaient voté qu’une édition corrigée de la Vulgate. Il faut attendre 1578 pour que le cardinal de Montalte, futur Sixte V, convainque Grégoire XIII de l’entreprise d’une nouvelle édition du grec ; peut-être le fait de se limiter à l’Ancien Testament a-t-il aidé à cette décision ? En tout cas, l’histoire montre que si le cardinal de Montalte avait espéré éditer aussi le Nouveau, il aurait attendu en vain…[1]

Une aide à la compréhension de la Vulgate

Dans la continuité du concile de Trente, dont la lettre liminale du cardinal Antonio Carafa au pape Sixte V se réclame, l’édition ne vise pas, précise à la Préface au lecteur, à « correspondre à la lettre à l’édition de la Vulgate latine, c’est-à-dire à l’hébreu, mais à aller au plus près – autant qu’il est possible par les anciens exemplaires – de celle que les Soixante-Dix traducteurs ont éditée en suivant l’autorité du Saint-Esprit » (non… Latinae vulgatae editioni, hoc est Hebraeo, ad verbum respondeat ; sed ut ad eam quam Septuaginta Interpretes Spiritus sancti auctoritatem sequuti ediderunt, quantum per veteres libros fieri potest, quam proxime accedat).

Comme pour la Vulgate sixto-clémentine, l’enjeu est de revenir à un texte plus pur, en le débarrassant des altérations du temps et de la variété des leçons. Et, en réalité, toujours dans la perspective tridentine, l’édition de la Septante est censée servir celle de la Vulgate : « Nous voulons et prescrivons pour la gloire de Dieu et l’utilité de l’Église, écrit Sixte V dans sa propre préface « pour mémoire », que l’Ancien Testament grec selon les Septante ainsi revu et corrigé soit reçu et retenu par tous, de sorte qu’on s’en serve avant tout pour l’intelligence de l’édition de la Vulgate latine et des saints Pères de l’Antiquité » (Volumus et sancimus ad Dieu gloriam et Ecclesiae utilitatem, ut Vetus Graecum Testamentum iuxta Septuaginta ita recognitum et expolitum ab omnibus recipiatur et retineatur, quo potissimum ad latinae vulgatae editionis et veterum Sanctorum Patrum intelligentiam utantur).

Un textus receptus pour 3 siècles

L’autre nouveauté de l’édition sixtine est que pour la première fois – et avec un « flair » providentiel –, le texte prend pour base le Vaticanus, jugé non sans raison plus « pur » que d’autres exemplaires. Cela n’empêche le recours complémentaire à d’autres manuscrits ainsi qu’aux Pères de l’Église, signalé dans de courtes notes à la fin de chaque chapitre. Dès lors, « pendant près de trois siècles, la Sixtine a fourni, à quelques modificaitons près, le textus receptus de la LXX[2] ».

Belle comme l’antique

Cet in-folio aux dimensions raisonnables (l’exemplaire des Sources Chrétiennes fait 352 x 247 mm) comporte 783 pages, composées en 2 colonnes, avec titre courant en grec. À ces 783 pages il faut en ajouter 6 premières, non paginées, contenant les lettres et préface, et une ultime, non paginée non plus, contenant les « addenda in notationibus » et les « animadvertenda ». Belle comme l’antique, l’édition ignore la division en versets et se contente de diviser les textes en cinq parties numérotées en chiffres grecs de A à E, placés en marge médiane ; en revanche, elle titre tous les chapitres (« ΚΕΦΑΛΑΙΟΝ Α’ », etc.).

Un contenu surprenant

La surprise tient au contenu des livres. Le tableau suivant tente d’en rendre compte :

Manquent donc les Odes et les Psaumes de Salomon, mais aussi 4 Maccabées (comme dans l’édition de Holmes et Parsons) ; on comprend mal – du moins sans faire une enquête spécifique – l’absence de ce dernier livre, alors que 3 Maccabées, placé à la suite des deux livres canoniques, semble de ce fait mis sur un pied d’égalité par rapport à eux. En outre, à Esther manquent les ajouts grecs. On devine quel rôle a pu jouer en la circonstance le souci de se conformer au canon scripturaire tridentin incarné par la Vulgate, mais le résultat n’est pas très cohérent. La Septante, il est vrai, ne devait pas avoir la même valeur normative que la Vulgate éditée peu après en 1590, puis en 1592.

Le fait est plus piquant encore lorsqu’on lit sous la plume de Sixte V l’interdiction de modifier l’édition soit en y ajoutant, soit en y retranchant quoi que ce soit ! Marquant avant tout l’autorité pontificale dont l’édition est revêtue, la formule, qui remonte haut dans l’usage classique et ecclésiastique, n’est pas purement rhétorique, mais apparemment « l’indignation du Dieu tout-puissant et des bienheureux apôtres Pierre et Paul » à laquelle les contrevenants étaient menacés d’être exposés n’a pas été si grande qu’annoncé lorsqu’ajouts et modifications ont ensuite aidé à éditer une Septante plus complète.

Ce qui est un peu déconcertant également, c’est que, sans parler des livres nécessairement ajoutés parce qu’ils sont absents du codex, l’ordre ne suit guère celui du Vaticanus, quoi qu’en dise la préface. Certes, les prophètes y sont rangés dans le même ordre, distinct de celui de la Vulgate ; chacun des petits prophètes est d’ailleurs intitulé avec un numéro d’ordre : ΩΣΗΕ Α’, ΑΜΩΣ Β’, etc. Mais la séquence Tb Jdt Est, par exemple, semble inédite[3]. En comparaison, la Septante de Rahlfs, nouveau textus receptus, est beaucoup plus fidèle à l’ordre du grand oncial.

Quelques particularités

Le psautier, du reste, se conclut bien par le psaume extranuméraire, communément dit « 151 ». Le texte du 12e chapitre de Daniel (édité dans la seule version de Théodotion) est suivi presque sans distinction typographique de Bel et le serpent – et Suzanne précède bien le premier chapitre. D’autres particularités peuvent être observées. Par exemple, dans Habaquq, la prière suivant le chapitre 2 n’est pas un chapitre 3, mais a son propre titre signalant son usage liturgique (ΠΡΟΣΕΥΧΗ ΑΜΒΑΚΟΥΜ ΤΟΥ ΠΡΟΦΗΤΟΥ ΜΕΤΑ ΩΔΗΣ). Et dans le livre de Jérémie – de façon bien plus charitable que dans les éditions modernes –, la correspondance avec le numéro des chapitres dans la Vugate (et donc l’hébreu) est indiquée en note. Enfin, le souci d’aider le lecteur habitué à la Vulgate a fait scinder en deux le livre d’ΕΣΔΡΑΣ Β’, qui après le chapitre 10 est suivi de νεεμιασ dont les 13 chapitres forment un livre artificiellement distinct ; le titre courant passe de ΕΣΔΡΑΣ ΔΕΥΤΕΡΟΝ à ΕΣΔΡΑΣ Β’ (à gauche) et ΝΕΕΜΙΑΣ (à droite)…

Que de beautés ignorées aujourd’hui des utilisateurs de concordances électroniques !


[1] Voir E. Mangenot, « Septante (version des) », Dictionnaire de la Bible 5/2, 1910, col. 1623-1651, notamment col 1639-1641.

[2] M. Harl, G. Dorival, O. Munnich, La Bible grecque des Septante. Du judaïsme hellénistique au christianisme ancien, Paris 1988, p. 194, avec cette autre remarque : « Malgré l’‘hégémonie’ de B, la Sixtine instaure déjà – quoique discrètement – un texte critique ». Voir aussi H.B. Swete, An Introduction to the Old Testament in Greek, Cambridge, 1902, p. 174-182.

[3] Cf. P.-M. Bogaert, art. « Septante », Supplément au Dictionnaire de la Bible 12, 1996, col. 538-692, notamment col 542.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.