J.-M. Auwers, « Le Cantique des cantiques, matrice de la spiritualité chrétienne »

Article paru dans S. M. Attard et M. Pavan (éd.), «Canterò in eterno le misericordie del Signore». Studi in onore del prof. Gianni Barbiero (Analecta biblica. Studia 3), Rome, 2015, p. 347-358.

La Septante du Cantique est la traduction très littérale d’un modèle hébraïque proche du Texte Massorétique. Toutefois, le traducteur grec a pris certaines options, qui reposent sur une vocalisation différente ou sur une compréhension du texte hébreu autre que celle que nous avons aujourd’hui. En Ct 1,2.4, il met dans la bouche de la bien-aimée un éloge des « seins » du bien-aimé (le TM parle de ses « étreintes »). En 1,8, il introduit dans le poème un écho au fameux « Connais-toi toi-même ». En 2,4, il emploie une image militaire (« Rangez en bataillon, contre moi, l’amour ») qui n’a pas été comprise par la suite. En 2,5, il propose une traduction contextuelle : la bien-aimée est « blessée » (TM : « malade ») d’amour par l’assaut de son bien-aimé. En 2,7c il a reproduit servilement la syntaxe de l’hébreu, si bien que les lecteurs anciens ont compris le texte à contresens, comme une invitation à réveiller l’amour endormi. Ces options, parfois étranges, sont à l’origine d’une riche tradition d’interprétation. En fait, les thèmes du Cantique des cantiques qui ont le plus inspiré la spiritualité chrétienne sont propres à la version grecque des Septante: l’invitation à se connaître soi-même (Ct 1,8), la charité bien ordonnée (2,4), la blessure d’amour (2,5), et même l’allaitement du fidèle par le Verbe divin (1,2.4), thème qui aboutira, au Moyen Âge, à la dévotion à Jésus-notre-mère.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.