Un article de J.A.L. Lee sur le grec littéraire d’Isaïe

semitica-classicaJohn A.L. Lee, “The literary Greek of Septuagint Isaiah”, paru dans Semitica et classica VII, 2014, p.135-146.

The aim of this paper is to show that in LXX-Isaiah there are features of language that justify classifying it as “literary” Greek. Thackeray’s placing of Isaiah in his classification of the LXX books is first discussed. Refined criteria of classification are suggested, namely: 1/ “translation method”; 2/ “style”; and 3/ “level of Greek”. The translation method and style of Isaiah are considered briefly, then the level of Greek. Features of “literary” Greek in LXX-Isaiah are presented to prove the case, including forms of expression, vocabulary, particles, and syntax. There are consequences for our view of the Isaiah translator and his method. His command of literary Greek indicates a Greek education to an advanced level. The portraits of the translator proposed by van der Kooij and Troxel are discussed in the light of this.

Le but de cet article est de montrer que dans l’Isaïe de la Septante se trouvent des faits de langue qui justifient qu’on le classe comme grec « littéraire ». La place que Thackeray donne à Isaïe dans son classement des livres de la Septante est tout d’abord discutée. Des critères affinés de classification sont proposés, à savoir : 1/ la méthode de traduction ; 2/ le style ; 3/ le niveau de grec. La méthode de traduction et le style d’Isaïe sont examinés brièvement, puis le niveau de grec. Pour démontrer ce point, on présente des traits de grec « littéraire » de l’Isaïe de la Septante, tels les formes d’expressions, le vocabulaire, les particules et la syntaxe. Cela a des conséquences sur notre appréciation du traducteur d’Isaïe et de sa méthode. Sa maîtrise du grec littéraire indique une éducation grecque à un niveau avancé. Les portraits qu’ont proposés van der Kooij et Troxel pour ce traducteur sont discutés sous cet éclairage.

Dans ce même volume de Semitica et Classica VII, figurent deux comptes rendus, l’un de Luciano Bossina pour le livre d’ Alexis ChryssostalisRecherches sur la tradition manuscrite du Contra Eusebius de Nicéphore de Constantinople, Paris, CNRS, 2012, p. 293-296, l’autre de Julio Cesar Trebolle Barrera pour le livre de Natalio Fernández Marcos, Filolologia biblica y humanismo (TECC), Madrid, 2012, p. 296-299.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.