Hommage à Jacqueline Fine

Mis en avant

 

Jacqueline Fine nous a quittés le 30 décembre 2021.

Jacqueline Fine est née à Alger en 1933. Elle y a suivi ses études primaires et secondaires. Après le baccalauréat elle a quitté l’Algérie pour la France et a fait des études de Lettres classiques à la Sorbonne. Elle a obtenu l’Agrégation de Lettres classiques.

Elle s’est mariée avec Alain Fine, avec lequel elle a eu trois enfants : Judith, Hélène, Mathias.

 Professeur de lycée pendant toute sa carrière, elle a enseigné une vingtaine d’années au Lycée de Clamart. Elle a initié à la littérature française et aux langues anciennes des générations d’élèves qu’elle a profondément marqués.

Jacqueline a fréquenté pendant plusieurs années le séminaire de Marguerite Harl à la Sorbonne jusqu’à la retraite de celle-ci à la fin des années quatre-vingt. Elle s’est passionnée pour la Bible grecque, s’est mise à l’hébreu biblique, puis à l’hébreu rabbinique.

Elle a publié trois volumes dans la collection La Bible d’Alexandrie. Marguerite Harl lui a d’abord confié le volume de Josué, que Jacqueline a judicieusement intitulé Jésus (Josué) (1997) pour rappeler que le titre grec est Jésus – ce que les Pères des premiers siècles n’ont pas manqué d’exploiter – et pour ne pas désarçonner les biblistes à qui le titre de Josué est familier. Dans la préparation de ce volume de plus de 250 pages, elle a été aidée par les conseils de Marguerite Harl, Olivier Munnich, Jacqueline David, Cécile Dogniez, Leonard J. Greenspoon et Pierre Sandevoir.

 Jacqueline a ensuite collaboré avec Isabelle Assan-Dhôte pour le volume consacré à Baruch, Lamentations, Lettre de Jérémie. Elles ont bénéficié des conseils et des remarques de Marguerite Harl, Cécile Dogniez et Olivier Munnich. Ce livre de 340 pages est paru en 2005.

Les mêmes autrices ont mis alors en chantier Ruth. Le volume, qui occupe un peu plus de 100 pages, est paru en 2009.

Jacqueline et Isabelle travaillaient efficacement ensemble : elles ont décidé de poursuivre leur collaboration en s’attelant à 1 Maccabées. Mais, depuis une dizaine d’années, la maladie a empêché Jacqueline de poursuivre l’entreprise et Isabelle a dû se résoudre à prendre en charge seule 1 Maccabées.

Jacqueline Fine a consacré à la LXX quatre articles importants. Le premier est paru en 1995 dans le livre d’hommage offert à Marguerite Harl Selon les Septante, p. 321-330 ; il a pour titre « La tâche du traducteur de Josué/Jésus » et réfléchit à quelques termes du lexique de ce livre : phugadeutérion, agkhisteúein tò aîma, thusiastérion, anáthema. Une seconde contribution sur « La tâche du traducteur » a été publiée en 2001 dans l’Introduction du Pentateuque (la Bible d’Alexandrie, 2001). Le troisième article est paru en 2011 dans Eukarpa. Etudes sur la Bible et ses exégètes en hommage à Gilles Dorival, p. 37-44 ; écrit en collaboration avec Isabelle Assan-Dhôte, il est intitulé : « ‘Moi je serai comme une de tes esclaves !’ (Rt 2,13). Paidíske dans la Bible grecque : esclave et concubine, esclave et mère porteuse ». C’est une étude fouillée du substantif utilisé par Ruth. Le quatrième, paru en 2014 et écrit également en collaboration avec Isabelle Assan-Dhôte, porte sur le lexique du Premier livre des Maccabées (« Le vocabulaire de la guerre dans le Premier livre des Maccabées », dans La mémoire des persécutions. Autour des livres des Maccabées).

Jacqueline Fine aimait les langues et la littérature. Elle connaissait bien la Grèce et avait appris le grec moderne dans sa jeunesse, ce qui lui a permis de traduire L’Odyssée de Nikos Kazantzaki (1971) et deux romans tous deux parus dans une collection de poche : en 2017, Le lys et le serpent, qui est le premier roman de l’écrivain crétois, et tout récemment, en 2021, Dans le palais de Minos.

Isabelle Assan-Dhôte et Gilles Dorival

L’imaginaire du démoniaque dans la Septante. Une analyse comparée de la notion de “démon” dans la Septante et dans la Bible hébraïque

par Anna Angelini

Supplements to the Journal for the Study of Judaism, Volume: 197, Brill, 2021

This book offers a thorough analysis of demons in the Hebrew Bible and Septuagint in the wider context of the ancient Near East and the Greek world. Taking a fresh and innovative angle of enquiry, Anna Angelini investigates continuities and changes in the representation of divine powers in Hellenistic Judaism, thereby revealing the role of the Greek translation of the Bible in shaping ancient demonology, angelology, and pneumatology. Combining philological and semantic analyses with a historical approach and anthropological insights, the author both develops a new method for analyzing religious categories within biblical traditions and sheds new light on the importance of the Septuagint for the history of ancient Judaism.

Le livre propose une analyse approfondie des démons dans la Bible Hébraïque et la Septante, à la lumière du Proche Orient Ancien et du contexte grec. Par un nouvel angle d’approche, Anna Angelini met en lumière dynamiques de continuité et de changement dans les représentations des puissances divines à l’époque hellénistique, en soulignant l’importance de la traduction grecque de la Bible pour la compréhension de la démonologie, de l’angélologie et de la pneumatologie antiques. En intégrant l’analyse philologique et sémantique avec une approche historique et des méthodes anthropologiques, l’autrice développe une nouvelle méthodologie pour analyser des catégories religieuses à l’intérieur des traditions bibliques et affirme la valeur de la Septante pour l’histoire du judaïsme antique.

Ce livre est disponible en pdf sur le site de l’éditeur

John William Wevers prize in Septuagint studies still open for proposals

The International Organization for Septuagint and Cognate Studies (IOSCS) offers an annual prize of $350 to be awarded to an outstanding paper in the field of Septuagint studies. The prize winning essay will be published in the Journal of Septuagint and Cognate Studies. Many promising young scholars have gained recognition in this field over the last years. The call for submission remains upen until the first of september. For further information, please visit the IOSCS homepage: http://ccat.sas.upenn.edu/ioscs/prize.html.

The Oxford Handbook of the Pentateuch

edited by Joel S. Baden & Jeffrey Stackert

Oxford University Press 2021

Featuring contributions from internationally-recognized scholars in the study of the Pentateuch, this volume provides a comprehensive survey of key topics and issues in contemporary pentateuchal scholarship. The Oxford Handbook of the Pentateuch considers recent debates about the formation of the Pentateuch and their implications for biblical scholarship. At the same time, it addresses a number of issues that relate more broadly to the social and intellectual worlds of the Pentateuch. This includes engagements with questions of archaeology and history, the Pentateuch and the Samaritans, the relation between the Pentateuch and other Moses traditions in the Second Temple period, the Pentateuch and social memory, and more. Crucially, the Handbook situates its discussions of current developments in pentateuchal studies in relation to the field’s long history, one that in its modern, critical phase is now more than two centuries old. By showcasing both this rich history and the leading edges of the field, this collection provides a clear account of pentateuchal studies and a fresh sense of its vitality and relevance within biblical studies, religious studies, and the broader humanities.

Pour la Bible grecque, voir l’article de C. Dogniez, “The Greek Translation of the Pentateuch”, p. 111-132.

Voir le site de l’éditeur et consulter la table des matières

 

 

 

Toward a Contrastive Semantics of the Biblical Lexicon

The nouns of Rules and Regulations in Biblical Hebrew Historical-narrative Language and their Greek equivalents in the Septuagint 
 
 by Romina  Vergari
 
Società Editrice Fiorentina, 2021
 

The linguistic data presented in this work stem from a corpus-based distributional analysis of the nouns relating to the biblical notions of rules and regulations (mišpaṭ, miṣwà, torà, ḥoq, and ḥuqqà) drawn from within the historical-narrative language of standard and late Biblical Hebrew. The aim of the research has been to investigate the meaning of these words within a lexicological model suitable to represent their semantic flexibility and variability, which is also reflected in their paradigmatic relations within the Hebrew lexicon.

The scope of the study has been then interlinguistically extended to the equivalent expressions in the ancient biblical Greek versions. To assess the degree of idiomaticity of the translators’ lexical choices and their possible interpretative implications, a further corpus of Greek historical-narrative texts broadly coeval with the biblical translations has been taken as a term of comparison; such a corpus has been created so as to include on the one hand writings transmitted within the Septuagint textual tradition and therefore exemplary of Graecophone Hellenistic Jewish culture, on the other hand texts whose origin and content are independent from this milieu.

Romina Vergari, Ph.D. is currently lecturer of Hebrew Language at the University of Florence. She has been postdoctoral researcher at the Universities of Haifa and Strasbourg. She has been visiting fellow at the Oxford Centre for Hebrew and Jewish Studies (OCHJS). She is member of the editorial staff of the Historical and Theological Lexicon of the Septuagint (HTLS, Tübingen).

 

Nouvelle parution : Représentations et personnification de la sagesse dans l’Antiquité et au-delà

 

Sous la direction de Stéphanie Anthonioz et Cécile Dogniez

Leuven, Peeters, 2021, coll. Orient et Méditerranée 35

Par «Dame Sagesse» on désigne généralement la figure de la sagesse telle qu’elle apparaît dans quelques passages bibliques. Si la personnification littéraire est un phénomène relativement courant, celle de la sagesse est plus étonnante, puisqu’elle se développe au point de donner à cette figure une identité unique en relation avec Dieu. La question n’est donc plus seulement littéraire, au point que les concepts d’immanence, de transcendance ou même d’hypostase ont pu être proposés pour la définir, sans oublier les nombreuses tentatives qui l’assimilent à quelque divinité antique connue ou aujourd’hui oubliée. Les diverses études réunies dans ce volume considèrent d’abord les époques et les milieux d’émergence des diverses représentations de la sagesse dans l’Antiquité, elles creusent les influences possibles voire évidentes au sein des traditions mésopotamiennes, égyptiennes, levantines et grecques et démontrent finalement comment la figure de la sagesse personnifiée est une figure fluide, en constante évolution, au gré de certains milieux religieux et de leurs interrogations.

Lady Wisdom usually refers to the figure of wisdom personified in some biblical texts. If personification is a relatively common literary device, that of wisdom is more striking, as it develops to the point of giving to the figure a unique identity in relation to God. The question is no longer literary, and concepts of immanence, transcendence and even hypostasis have been proposed to define her, as well as diverse identifications with some known or now forgotten ancient divinity. The contributions in this volume seek first to consider the context of each witness of the representations of wisdom in Antiquity, they trace possible influences within Mesopotamian, Egyptian, Levantine and Greek traditions, and finally demonstrate how wisdom personified is a fluid figure, in constant evolution, according to certain religious milieux and their interrogations.

Pour la Septante, voir les articles de :
Cécile Dogniez, La personnification de la sagesse dans la LXX des Proverbes
Dominique Mangin, La sagesse dans le chapitre 28 du texte grec court du livre de Job
Françoise Vinel, Dame Sagesse : les témoignages sur la sagesse dans la version grecque du Siracide

Consulter le site de l’éditeur et la table des matières

Hommage à Marguerite Harl (1919-2020)

                                                         Marguerite Harl s’est éteinte à Paris le 30 août 2020 à l’âge de 101 ans.

Professeur de grec post-classique à l’Université de Paris-Sorbonne de 1958 à 1986, cette hélléniste entreprit dans les années quatre-vingt de traduire en français la version grecque de la Bible, dite des Septante. Venue à cette première traduction de la Bible hébraïque par l’étude des auteurs grecs, juifs et chrétiens, qui – tels Philon d’Alexandrie, Clément d’Alexandrie, Origène ou Grégoire de Nysse – ne lisaient la Bible que sous cette forme, M. Harl fut encouragée dans cette entreprise de traduction par Dominique Barthélemy, grand spécialiste de critique textuelle.

La laïcité affirmée de l’Université française ne semblait pas de nature à favoriser un tel projet. Et pourtant, M. Harl sut s’entourer d’une équipe d’universitaires et redonner toute sa place dans le champ des études historiques et philologiques à cette littérature juive d’expression grecque.

C’est ainsi que le premier volume de la collection La Bible d’Alexandrie, La Genèse, fut publié en 1986. Dix-neuf autres volumes à ce jour sont parus : L’Exode, 1989 ; Le Lévitique 1988 ; Les Nombres1994 ; Le Deutéronome, 1992 ; Jésus/Josué 1996 ; Les Juges 1999 ; Ruth 2009 ; Premier Livre des Règnes 1997 ; Esdras II 2010 ; Esther 2012 ; Troisième Livre des Maccabées, 2008 ; Proverbes 2000 ; L’Ecclésiaste 2002 ; Le Cantique des cantiques 2019 ; Les Douze Prophètes (Joël, Abdiou, Jonas, Naoum, Ambakoum, Sophonie 1999 ;  Osée 2002 ; Aggée, Zacharie 2007 ; Malachie 2011) ; Baruch. Lamentations. Lettre de Jérémie 2005. Les autres volumes sont en préparation.

Deux soutenances de thèse à l’Université de Strasbourg en lien avec la LXX

Emmanuel Weiss, « La relecture de 2 Maccabées par l’auteur de 4 Maccabées : les différentes dimensions d’une relation d’intertexualité au sein de la littérature deutérocanonique » sous la direction de Ch. Grappe (jury : J. Joosten, M. Karrer, D. Stoekl Ben Ezra et S. Honigman) le 15 novembre 2019.

Antonella Bellantuono, « Divine Epithets in Jewish-Hellenistic Littérature », sous la direction d’E. Bons (jury : K. De Troyer, A. Passoni dell’Acqua et F. Vinel) le 16 novembre 2019.

 

Les douze Prophètes dans la LXX. Protocoles et procédures dans la traduction grecque : stylistique, poétique et histoire

Supplements to Vetus Testamentum 180, Brill, Leiden, 2019,  édité par Cécile Dogniez et Philippe Le Moigne    

La traduction grecque des Douze Prophètes est intéressante à plus d’un titre. Le caractère littéraire de ces textes légitime le réexamen des protocoles et des procédures stylistiques et poétiques mis en œuvre par le traducteur lors du transfert de l’hébreu au grec. Les acquis récents en histoire textuelle justifient de revenir sur certaines variantes du texte grec, qu’elles relèvent d’une Vorlage différente du texte massorétique ou des procédures textuelles imaginées face à un mot hébreu rare ou à une difficulté exégétique. Les traces d’interprétation obligent ainsi à interroger le milieu de production – culturel, politique ou religieux – de la Septante des Douze. Les lectures juives et chrétiennes du Dodékaprophéton, de Symmaque à l’expression iconographique byzantine, témoignent enfin de l’importance de l’histoire de la réception autant que du texte lui-même.

The Greek translation of the Minor Prophets is interesting from several points of view. The literary character of the texts calls for a re-examination of the stylistic and poetic strategies employed by the translator. Recent developments in the study of textual history justify a fresh study of certain variants in the Greek that may arise either from a non-Masoretic Vorlage or from attempts to deal with rare Hebrew words or exegetical difficulties. Such signs of interpretative activity thus raise questions about the original context in which the Septuagint of the Twelve was produced. Finally, Jewish and Christian readings of the Dodekapropheton testify to the importance of the book’s reception history as well as of the text itself.

La table des matières, l’avant-propos et les textes (en pdf) sont disponibles sur le site de l’éditeur, sous certaines conditions.

Voir le site de l’éditeur

 

Soutenance de thèse à l’Université de Strasbourg

le 30 novembre 2017
à 8h30 au Palais Universitaire, en salle “Tauler”
Daniela Scialabba

Creation and salvation. Models of relationship between the God of Israel and the Nations in the book of Jonah, Psalm 33 (MT and LXX) and the novel Joseph and Aseneth

sous la direction d’Eberhard Bons, devant un jury composé de:
 M. Martin KARRER, Professeur, Kirchliche Hochschule Wuppertal/Bethel,
 M.Hermann SPIECKERMANN, Professeur, Université de Göttingen
 M. Daniel GERBER, Professeur, Université de Strasbourg
 Mme Maria Armida NICOLACI, Professeure, Faculté de Théologie catholique de Sicile, Palerme
Résumé
Cette thèse s’inscrit dans le débat actuel relatif au monothéisme biblique et au pluralisme religieux. Ces dernières décennies, ce débat a été influencé par des auteurs comme Jan Assmann pour lequel le monothéisme vétérotestamentaire constitue une racine importante de l’intolérance dont les trois religions monothéistes se seraient rendues coupables. Le but de notre thèse n’est pas d’entrer dans ce débat mais d’approfondir un sujet négligé par la recherche : qu’en est-il des tendances inclusives du monothéisme vétérotestamentaire? Cette thèse ne se veut pas une contribution historique mais son but est d’étudier les principes théologiques permettant de concevoir des rapports positifs entre le Dieu d’Israël et des individus ou des peuples étrangers. En particulier, nous cherchons à analyser trois textes, le Livre de Jonas, le Psaume 33 (TM et LXX) et le roman Joseph et Aséneth. Bien qu’il s’agisse de trois textes différents en ce qui concerne le genre littéraire, l’origine et la datation, ils ont en commun d’aborder le problème du rapport entre le Dieu d’Israël et les non-Israélites. Plus con-crètement, chacun de ces trois textes présente le Dieu d’Israël comme un créateur universel qui, en tant créateur, a pitié de toutes ses créatures.
The starting point of this study is the current debate on monotheism and religious pluralism. In recent decades, this debate has been strongly influenced by some authors such as Jan Assmann for whom the monotheism originating in the Old Testament is the root of the intolerance and violence of the three monotheistic religions. Rather than participating at this debate, the intention of this study is to answer the following questions: what about inclusive tendencies in Old Testament monotheism? Thus, this thesis is aimed at looking into the theological principles motivating and supporting the possibility of an approach by individuals and peoples to the God of Israel. With this aim, our objective is to analyse three texts where the relationship between YHWH, Israel and the non-Israelites is examined: the book of Jonah, Psalm 33 (MT and LXX), and the novel, Joseph and Aseneth. Although these three texts are different concerning their genre, period and provenance, they have the following ideas in common: the relationship between the God of Israel and non-Israelites as well as the concept of God as an universal creator who has pity of all his creatures.

Séminaire Biblindex

Le Puits des fiançailles –  étude de Gn 24,10-21 ( TM et LXX) : regards croisés de l’exégèse rabbinique et patristique.
 
vendredi 2 décembre 2016 de 11h à 13h
salle de documentation au premier étage
Institut des Sources Chrétiennes
22 rue Sala, 69002 Lyon.
Séance animée par Sandrine CANERI
L’étude proposée cherchera à répondre à la question générale : y a-t-il eu une continuité ou non entre l’herméneutique rabbinique et celle des Pères de l’Eglise ? Nous proposerons un préliminaire sur la réception du texte révélé par les deux communautés. Puis nous étudierons une courte péricope biblique dans le livre de la Genèse  (Gn 24,10-21) dans deux langues principales pour s’assurer si les deux groupes de commentateurs s’appuient bien sur le même texte biblique. Et nous regarderons enfin quelques commentaires des rabbins et des Pères dans les premiers siècles de notre ère. Quels sont leur méthodologie, leur questionnement, et leurs interprétations respectives ? Que conclure, d’une façon partielle, et provisoire sur cette péricope donnée ?

GrCheqDej-cahierE1-BatB

GrCheqDej-cahierE1-BatB

Les divisions anciennes du Premier Testament : Colloque international, Lyon, 17-18 novembre 2016

Le colloque est co-organisé par les Sources Chrétiennes (HiSoMA, UMR 5189, CNRS / Université Lyon 2) et la Faculté de Théologie de l’Université Catholique de Lyon, en partenariat avec le Centre Paul-Albert Février (UMR 7297, Université d’Aix-Marseille), le projet « ParatexBib : Paratexts of the Bible » (Bâle) et l’Université Protestante de Théologie de Groningue et d’Amsterdam.

Le colloque porte sur les divisions anciennes du Premier Testament: livres, chapitres, versets, paragraphes ou péricopes, titres et ponctuations qui influent souvent directement sur la lecture de la Bible.

Publications récentes de Matthieu Richelle

– “Elusive Scrolls: Could Any Hebrew Literature Have Been Written Prior to the Eighth Century BCE? », Vetus Testamentum 66 (2016), 556-594.
Résumé : Two reasons lead many scholars today to think that the Israelites were not able to produce long, literary works during the 10th and 9th centuries BCE. First, there is a dearth of Hebrew inscriptions from that time; second, the Israelites did not have the necessary socio-economic resources until the 8th century BCE. This article critically assesses these two lines of reasoning in light of current research in the epigraphy and archaeology of the Southern Levant. In addition, it provides several elements which indicate that the necessary conditions for the production of long texts were present in Judah/ Israel in the early royal period.
– “Intentional Omissions in the Textual History of the Books of Kings: In Search of Methodological Criteria », Semitica 58 (2016), 135-157.
Résumé : Quand des témoins textuels présentent des différences quantitatives, les exégètes, souvent attachés à la règle lectio brevior potior, ne courent-ils pas le risque de négliger l’hypothèse d’une omission délibérée de la part d’un copiste ? Tel est bien le cas selon J. Pakkala, qui s’est récemment penché sur de nombreuses situations dans les
livres des Rois où l’absence d’un passage s’expliquerait par une censure théologique ou idéologique. Idéalement, l’identification des motivations des scribes devrait permettre de
définir des critères méthodologiques conduisant à privilégier dans certains cas l’explication par omission intentionnelle par rapport aux scénarios concurrents (chute accidentelle, expansion du texte). Dans cet article, nous voudrions apporter une contribution à cette recherche en mettant en évidence quatre nouveaux types de motifs, au delà de la censure théologique ou idéologique, ayant pu être à l’origine d’omissions délibérées dans les livres des Rois.
– «  La structure littéraire du livre d’Abdias », Biblische Notizen169 (2016), 27-45.
Résumé: This article points out a previously overlooked chiastic structure in Obadiah 8-15 and submits that the entire book itself follows the pattern ABA’ (v.1b-7; 8-15; 16-21).
– Ces articles peuvent être consultés à l’adresse suivante : https://digitorient.academia.edu/MatthieuRichelle