Hommage à Natalio Fernández Marcos, spécialiste des textes hébreux et de la Bible grecque

Mis en avant

Natalio Fernández Marcos, né dans la province de Léon en 1940, est décédé le 24 mai 2024 à Alcalà de Henares.

Docteur en philologie classique et licencié en théologie, formé à l’Université Complutense de Madrid, il a été chercheur au CSIC de 1970 jusqu’à sa retraite en 2010, puis resta lié à l’institution en tant que docteur ad honorem jusqu’en 2020.

Il fut présent, tout au long ce sa carrière,  dans les milieux internationaux et nationaux liés à la recherche en philologie biblique.

Il est l’auteur d’une introduction à la Septante, Introducción a las versiones griegas de la Biblia (1 éd. 2000, 2 éd. 2010) traduite en anglais sous le titre The Septuagint in Context (2000, 2010) et d’une traduction de la Bible grecque, La Biblia Griega, parue en 5 vol. entre 2008 et 2020.

Grand spécialiste du texte lucianique de la Bible grecque, il a participé  à l’édition critique du « texte antiochien » des  livres historiques de la Bible, en collaboration avec J. R. Busto Sáiz et M.V. Spottorno Díaz Caro (1-2 Samuel en 1989, 1-2 Rois en 1992, et 1-2 Chroniques en 1996).

Pour plus amples informations, voir par exemple  les liens suivants :   https://www.ipp.csic.es/es/article/fallece-natalio-fernandez-marcos-investigador-experto-textos-hebreo-griego-biblia

Et https://williamaross.com/2017/02/08/international-lxx-day-an-interview-with-dr-natalio-fernandez-marcos/

 

Hommage à James Aitken

Mis en avant

It is with great sadness that we announce the passing of Dr. James Aitken, Professor of Hebrew and Early Jewish Studies at the University of Cambridge. Members of the IOSCS also knew him as an active scholar within the discipline of Septuagint Studies, a member of the executive committee, and a regular participant at IOSCS conferences. Among his many important publications are No Stone Unturned: Greek Inscriptions and Septuagint Vocabulary (Eisenbrauns, 2014) and, as editor, The T&T Clark Companion to the Septuagint (2015). He also delivered the 2021-22 Grinfield Lectures at the University of Oxford on the topics, “The Septuagint and Scribal Creativity in Egypt,” “The Septuagint. A Translation Among Translations,” and “The Septuagint, Editing, and Textual Production in Ancient Judaism.” These contributions to scholarship were indicative of his keen interest in the language, exegesis, and place within Second Temple Jewish society of the Greek version of the Jewish Scriptures. But more than an outstanding scholar, Jim was also a good friend to many, someone who gave generously of his time and his wisdom to both colleagues and students alike. He will be sorely missed.

Rob Hiebert and Alison Salvesen, on behalf of the IOSCS Executive Committee

Voir le site Facebook de l’IOSCS

Hommage à Jacqueline Fine

 

Jacqueline Fine nous a quittés le 30 décembre 2021.

Jacqueline Fine est née à Alger en 1933. Elle y a suivi ses études primaires et secondaires. Après le baccalauréat elle a quitté l’Algérie pour la France et a fait des études de Lettres classiques à la Sorbonne. Elle a obtenu l’Agrégation de Lettres classiques.

Elle s’est mariée avec Alain Fine, avec lequel elle a eu trois enfants : Judith, Hélène, Mathias.

 Professeur de lycée pendant toute sa carrière, elle a enseigné une vingtaine d’années au Lycée de Clamart. Elle a initié à la littérature française et aux langues anciennes des générations d’élèves qu’elle a profondément marqués.

Jacqueline a fréquenté pendant plusieurs années le séminaire de Marguerite Harl à la Sorbonne jusqu’à la retraite de celle-ci à la fin des années quatre-vingt. Elle s’est passionnée pour la Bible grecque, s’est mise à l’hébreu biblique, puis à l’hébreu rabbinique.

Elle a publié trois volumes dans la collection La Bible d’Alexandrie. Marguerite Harl lui a d’abord confié le volume de Josué, que Jacqueline a judicieusement intitulé Jésus (Josué) (1997) pour rappeler que le titre grec est Jésus – ce que les Pères des premiers siècles n’ont pas manqué d’exploiter – et pour ne pas désarçonner les biblistes à qui le titre de Josué est familier. Dans la préparation de ce volume de plus de 250 pages, elle a été aidée par les conseils de Marguerite Harl, Olivier Munnich, Jacqueline David, Cécile Dogniez, Leonard J. Greenspoon et Pierre Sandevoir.

 Jacqueline a ensuite collaboré avec Isabelle Assan-Dhôte pour le volume consacré à Baruch, Lamentations, Lettre de Jérémie. Elles ont bénéficié des conseils et des remarques de Marguerite Harl, Cécile Dogniez et Olivier Munnich. Ce livre de 340 pages est paru en 2005.

Les mêmes autrices ont mis alors en chantier Ruth. Le volume, qui occupe un peu plus de 100 pages, est paru en 2009.

Jacqueline et Isabelle travaillaient efficacement ensemble : elles ont décidé de poursuivre leur collaboration en s’attelant à 1 Maccabées. Mais, depuis une dizaine d’années, la maladie a empêché Jacqueline de poursuivre l’entreprise et Isabelle a dû se résoudre à prendre en charge seule 1 Maccabées.

Jacqueline Fine a consacré à la LXX quatre articles importants. Le premier est paru en 1995 dans le livre d’hommage offert à Marguerite Harl Selon les Septante, p. 321-330 ; il a pour titre « La tâche du traducteur de Josué/Jésus » et réfléchit à quelques termes du lexique de ce livre : phugadeutérion, agkhisteúein tò aîma, thusiastérion, anáthema. Une seconde contribution sur « La tâche du traducteur » a été publiée en 2001 dans l’Introduction du Pentateuque (la Bible d’Alexandrie, 2001). Le troisième article est paru en 2011 dans Eukarpa. Etudes sur la Bible et ses exégètes en hommage à Gilles Dorival, p. 37-44 ; écrit en collaboration avec Isabelle Assan-Dhôte, il est intitulé : « ‘Moi je serai comme une de tes esclaves !’ (Rt 2,13). Paidíske dans la Bible grecque : esclave et concubine, esclave et mère porteuse ». C’est une étude fouillée du substantif utilisé par Ruth. Le quatrième, paru en 2014 et écrit également en collaboration avec Isabelle Assan-Dhôte, porte sur le lexique du Premier livre des Maccabées (« Le vocabulaire de la guerre dans le Premier livre des Maccabées », dans La mémoire des persécutions. Autour des livres des Maccabées).

Jacqueline Fine aimait les langues et la littérature. Elle connaissait bien la Grèce et avait appris le grec moderne dans sa jeunesse, ce qui lui a permis de traduire L’Odyssée de Nikos Kazantzaki (1971) et deux romans tous deux parus dans une collection de poche : en 2017, Le lys et le serpent, qui est le premier roman de l’écrivain crétois, et tout récemment, en 2021, Dans le palais de Minos.

Isabelle Assan-Dhôte et Gilles Dorival

Hommage à Marguerite Harl (1919-2020)

                                                         Marguerite Harl s’est éteinte à Paris le 30 août 2020 à l’âge de 101 ans.

Professeur de grec post-classique à l’Université de Paris-Sorbonne de 1958 à 1986, cette hélléniste entreprit dans les années quatre-vingt de traduire en français la version grecque de la Bible, dite des Septante. Venue à cette première traduction de la Bible hébraïque par l’étude des auteurs grecs, juifs et chrétiens, qui – tels Philon d’Alexandrie, Clément d’Alexandrie, Origène ou Grégoire de Nysse – ne lisaient la Bible que sous cette forme, M. Harl fut encouragée dans cette entreprise de traduction par Dominique Barthélemy, grand spécialiste de critique textuelle.

La laïcité affirmée de l’Université française ne semblait pas de nature à favoriser un tel projet. Et pourtant, M. Harl sut s’entourer d’une équipe d’universitaires et redonner toute sa place dans le champ des études historiques et philologiques à cette littérature juive d’expression grecque.

C’est ainsi que le premier volume de la collection La Bible d’Alexandrie, La Genèse, fut publié en 1986. Dix-neuf autres volumes à ce jour sont parus : L’Exode, 1989 ; Le Lévitique 1988 ; Les Nombres1994 ; Le Deutéronome, 1992 ; Jésus/Josué 1996 ; Les Juges 1999 ; Ruth 2009 ; Premier Livre des Règnes 1997 ; Esdras II 2010 ; Esther 2012 ; Troisième Livre des Maccabées, 2008 ; Proverbes 2000 ; L’Ecclésiaste 2002 ; Le Cantique des cantiques 2019 ; Les Douze Prophètes (Joël, Abdiou, Jonas, Naoum, Ambakoum, Sophonie 1999 ;  Osée 2002 ; Aggée, Zacharie 2007 ; Malachie 2011) ; Baruch. Lamentations. Lettre de Jérémie 2005. Les autres volumes sont en préparation.

Hugues Cousin, collaborateur de La Bible d’Alexandrie, est décédé le 20 janvier 2019 à Auxerre

 
Hugues Cousin était né en 1942. Devenu dominicain de la province de France, il eut une intense activité d’enseignement, notamment comme professeur de Nouveau Testament à l’Université Catholique de Lyon  jusqu’au début des années 1990. Il collabora aux Cahiers bleus de La Tourette qui eurent un grand retentissement dans le monde catholique francophone. Il se fit connaître aussi par des livres comme Le prophète assassinéHistoire des textes évangéliques de la Passion (Paris, Ed. Universitaires,1976).Après son mariage et sa réduction à l’état laïc, établi à Auxerre, il se consacra à des activités d’édition. Il a ainsi dirigé pendant vingt ans la collection des Suppléments aux Cahiers Évangile. Dans le numéro 74 il y publia La Septante : La Bible grecque, en 1990. Il a également été la cheville ouvrière du livre collectif Le Monde où vivait Jésus (Paris Cerf, 1998).Pour la collection La Bible d’Alexandrie, il préparait les Paralipomènes avec d’autres collaborateurs.Il laisse derrière lui sa femme Françoise, leurs trois enfants, une immense renommée dans le domaine des études néo-testamentaires, et les nombreux amis que lui avaient acquis sa douceur, son humour et son indéfectible fidélité.

JOB OPENING GHENT (BELGIUM): PHD FELLOWSHIP IN (BYZANTINE) GREEK LITERATURE

The Greek Section of the Department of Literary Studies at Ghent University (Belgium) is seeking a PhD candidate (full-time, fully-funded), to work on a research project investigating the reception of the Psalms as poetry in Byzantine literature. The successful candidate will prepare a dissertation under the supervision of prof. Floris Bernard and dr. Rachele Ricceri (Ghent) and prof. Reinhart Ceulemans (Leuven).

A full version of the job description is to be found here: http://www.letterkunde.ugent.be/en/PhDByzantineGreek.

Applications should include a curriculum vitae (including accurate information on grades and study results) and a cover letter. Two reference letters. Applications must be sent electronically (preferably as one pdf) to to prof. Floris Bernard (floris.bernard@ugent.be), prof. Reinhart Ceulemans (reinhart.ceulemans@kuleuven.be), and dr. Rachele Ricceri (rachele.ricceri@ugent.be), no later than June 10, 2018. Referees must send their letter directly to the same addresses (letters are not to be sent by the applicant); the same deadline applies.

Amours juives et amours grecques: le Cantique des cantiques dans la tradition patristique

Conférence de Jean Marie Auwers

Professeur à la faculté de théologie de l’Université de Louvain-la-Neuve,

le  mercredi 7 mars 2018 de 14h à 16h

à l’École Pratique des Hautes Études, Sorbonne,

17 rue de la Sorbonne 750005 Paris, escalier E (1er étage), salle D 064 :

La tradition judéo-chrétienne a-t-elle fait du fiévreux Cantique des cantiques un poème « aussi virginal que les sommets des Alpes » (E. Mâle) ? La question sera posée à partir des plus anciennes traductions (juives et chrétiennes) et à partir des commentaires des Pères de l’Église.

Télécharger l’affiche

Séminaire Septante à l’EPHE

Textes juifs de langue grecque – Lecture du Livre II des Règnes dans la Bible grecque

Conférences de Sébastien Morlet
Les mercredis de 17h00 à 19h00, à partir du mercredi 7 février 2018
à la Maison des Sciences de l’Homme, 54 boulevard Raspail, 75006 – salle 03
 

Dans l’optique de la parution prochaine, dans la collection « La Bible d’Alexandrie », du livre II Règnes (= II Samuel dans la Bible hébraïque), ce cycle de conférences proposera une lecture suivie du texte grec, à partir des péricopes les plus importantes. Chaque séance sera consacrée à la traduction d’un texte, suivie d’un commentaire dans lequel on comparera le texte grec reçu avec les autres formes du textes (texte massorétique, texte de Qumrân, Peshitta, autres états grecs du texte). Dans l’esprit de la Bible d’Alexandrie, le commentaire évoquera également quelques éléments de la postérité du texte dans l’Antiquité (judaïsme hellénistique et patristique).

voir https://www.ephe.fr/formations/conferences/textes-juifs-de-langue-grecque-lecture-du-livre-ii-des-regnes-dans-la-bible-grecque 

 

Grinfield Lectures on the Septuagint

Gilles Dorival
(Emeritus Professor of Greek Language and Literature, Aix-Marseille)
 The Reception of the Septuagint in Christian Tradition and the Catenae’ (Second series)
5th Week, Hilary Term 2018
 
-Le lundi 12 février 2018 de 17h à 18h :  The Septuagint in the Biblical Catenae. 2: How the Catenae deal with the Septuagint
– Le mardi 13 février 2018 de 17h à 18h30  : Is the Septuagint the Old Testament of the Church Fathers?
– Le mercredi 14 février 2018 de 10h30 à 12h : Spiritual and Theological Use of Septuagint Vocabulary by the Fathers 
 

Oxford Seminar in Advanced Jewish Studies

Greek Expanded, Greek Transformed. The Vocabulary of the Septuagint and the Cultural World of the Translators
Séminaire 2018,
le mercredi de 10h30 à 12h au Clarendon Institute à Oxford
Interventions de Jan Joosten (17 janvier), Patrick Pouchelle (23 janvier à 17h) et Gilles Dorival (14 février)
 

Soutenance de thèse à l’Université de Strasbourg

le 30 novembre 2017
à 8h30 au Palais Universitaire, en salle “Tauler”
Daniela Scialabba

Creation and salvation. Models of relationship between the God of Israel and the Nations in the book of Jonah, Psalm 33 (MT and LXX) and the novel Joseph and Aseneth

sous la direction d’Eberhard Bons, devant un jury composé de:
 M. Martin KARRER, Professeur, Kirchliche Hochschule Wuppertal/Bethel,
 M.Hermann SPIECKERMANN, Professeur, Université de Göttingen
 M. Daniel GERBER, Professeur, Université de Strasbourg
 Mme Maria Armida NICOLACI, Professeure, Faculté de Théologie catholique de Sicile, Palerme
Résumé
Cette thèse s’inscrit dans le débat actuel relatif au monothéisme biblique et au pluralisme religieux. Ces dernières décennies, ce débat a été influencé par des auteurs comme Jan Assmann pour lequel le monothéisme vétérotestamentaire constitue une racine importante de l’intolérance dont les trois religions monothéistes se seraient rendues coupables. Le but de notre thèse n’est pas d’entrer dans ce débat mais d’approfondir un sujet négligé par la recherche : qu’en est-il des tendances inclusives du monothéisme vétérotestamentaire? Cette thèse ne se veut pas une contribution historique mais son but est d’étudier les principes théologiques permettant de concevoir des rapports positifs entre le Dieu d’Israël et des individus ou des peuples étrangers. En particulier, nous cherchons à analyser trois textes, le Livre de Jonas, le Psaume 33 (TM et LXX) et le roman Joseph et Aséneth. Bien qu’il s’agisse de trois textes différents en ce qui concerne le genre littéraire, l’origine et la datation, ils ont en commun d’aborder le problème du rapport entre le Dieu d’Israël et les non-Israélites. Plus con-crètement, chacun de ces trois textes présente le Dieu d’Israël comme un créateur universel qui, en tant créateur, a pitié de toutes ses créatures.
The starting point of this study is the current debate on monotheism and religious pluralism. In recent decades, this debate has been strongly influenced by some authors such as Jan Assmann for whom the monotheism originating in the Old Testament is the root of the intolerance and violence of the three monotheistic religions. Rather than participating at this debate, the intention of this study is to answer the following questions: what about inclusive tendencies in Old Testament monotheism? Thus, this thesis is aimed at looking into the theological principles motivating and supporting the possibility of an approach by individuals and peoples to the God of Israel. With this aim, our objective is to analyse three texts where the relationship between YHWH, Israel and the non-Israelites is examined: the book of Jonah, Psalm 33 (MT and LXX), and the novel, Joseph and Aseneth. Although these three texts are different concerning their genre, period and provenance, they have the following ideas in common: the relationship between the God of Israel and non-Israelites as well as the concept of God as an universal creator who has pity of all his creatures.

La Bibbia Greca: una riflessione sui «Settanta»

Le 3 avril 2017 à Milan. Journée d’études organisée par le groupe de recherche sur le Lexique de la LXX à Strasbourg, autour d’Eberhard Bons, Luciano Bossina et Anna Passoni Dell’Acqua.

 

 La Scuola della Cattedrale del Duomo di Milano

invita la S.V.

Lunedì 3 aprile 2017
Ore 18.30

Chiesa di San Gottardo in Corte
(Via Pecorari, 2 – Milano) 

LA BIBBIA GRECA
Una riflessione sui «Settanta» 
Dalla Scrittura Ebraica al Nuovo Testamento

con Eberhard Bons, Luciano Bossina, Anna Passoni Dell’Acqua

Si avvicinano la Festa di Pesah ebraica (15 nisan = 11 aprile) e la Pasqua cristiana (16 aprile del calendario gregoriano).
La Scuola della Cattedrale, presieduta da Mons. Gianantonio Borgonovo, Arciprete del Duomo di Milano, ha pensato allora di riflettere sull’importanza e la singolarità della Bibbia Greca

La LXX è la più antica traduzione scritta della Bibbia Ebraica in greco.

Con la formazione delle chiese ellenistiche ad Antiochia di Siria e in altre città del Mediterraneo ad opera di Paolo, divenne la Bibbia dei cristiani di lingua greca, e quella degli autori del Nuovo Testamento, scritto in greco, la lingua internazionale dell’epoca. Oggigiorno essa è ancora la Bibbia ufficiale delle chiese cristiane ortodosse. 

Quale fu l’ambiente alessandrino che ha dato vita a questa versione? Che valore storico dare allaLettera di Aristea, da cui deriva anche la denominazione di “Settanta”? Perché l’interesse scientifico per quest’opera è aumentato sempre di più dalla seconda metà del XX secolo, mentre sino ad allora era considerata solo come un testimone per la ricostruzione del testo ebraico più antico? E il suo vocabolario, quale tipo di comunità giudaiche presuppone in Egitto e soprattutto ad Alessandria? Queste sono alcune delle domande, cui cercheranno di rispondere i tre esperti che interverranno al prossimo incontro della Scuola”.

L’evento, introdotto e coordinato da Armando Torno, si terrà lunedì 3 aprile 2017 alle ore 18.30 presso la Chiesa di San Gottardo in Corte (Via Pecorari, 2 – Milano) e vedrà gli interventi di Mons. Gianantonio Borgonovo, di Eberhard Bons, Professore di Antico Testamento alla Facoltà di Teologia Cattolica dell’Università di Strasburgo, di Luciano Bossina, Professore di Filologia classica presso l’Università degli Studi di Padova, di Anna Passoni Dell’Acqua, già Professore di Filologia Biblica presso l’Università Cattolica di Milano e titolare di una Chaire Gutenberg a Strasburgo. 

Ingresso libero con prenotazione via mail a: scuoladellacattedrale@duomomilano.it 
oppure telefonando al n. 02 72 080 766 – int. 208

NOVITA’: SONO ONLINE I VIDEO DELLA SCUOLA DELLA CATTEDRALE
Clicca qui e rivedi gli eventi che ti sono piaciuti di più. 

Scuola della Cattedrale
Via Carlo Maria Martini, 1 – 20122 Milano
Tel. 02.72 080 766 – int. 208