Parution des Actes du colloque international sur le Nouveau Testament tenu à Aix-en-Provence en 2014

C.-B. Amphoux – J. Assaël (éd.), Philologie et Nouveau Testament. Principes de traduction et d’interprétation critique, Héritages méditerranéens, Aix en Provence, P.U.P., 2018.

Avec les contributions de : C.-B. Amphoux (Montpellier), “les éd. imprimées du NT” ; J. Assaël (Nice), “la nécrose de Jésus, 2 Co 4,10-15” ; C. Boudignon (Aix), “le Notre Père” ; R. Burnet (Louvain-la-Neuve), “Thaddée ou Lebbée, le 10e apôtre” ; J. Casteigt (Toulouse), “la colombe du baptême de Jésus chez Albert le Grand” ; G. Dahan (Paris), “le NT dans les correctoires du 13e s.” ; G. Dorival (Aix), “le NT selon la tradition alexandrine” ; L. Mellerin (Lyon), “le blasphème contre l’esprit, Mt 12,31-32 et //, chez les Pères” ; P. Molinié (Paris), “les récapitulations bibliques chez Jean Chrysostome” ; E. Nodet (Jérusalem), “Lc 7,18 et Gal. 2,1 chez Marcion” ; D. Pastorelli (Avignon), “le Monogène, en Jn 1,18” ; L. Pinchard (Londres), “2 variantes du Codex de Bèze, Mt 26,55 et 28,8” ; J. Read Heimerdinger (Bangor, Wales), “l’analyse du discours, ex. dans les Actes des apôtres” ; J. Reynard (Lyon), “le problème de la finale de Marc” ; E. Robberechts (Marseille), “la controverse chrétienne entre foi et œuvres ».

Nouvelles publications d’Emanuel Tov

–  “The Septuagint of Numbers as a Harmonizing Text,” in Die Septuaginta – Geschichte, Wirkung, Relevanz, 6. Internationale Fachtagung veranstaltet von Septuaginta Deutsch (LXX.D), Wuppertal 21.–24. Juli 2016, ed. Martin Meiser et al., WUNT 405 (Tübingen: Mohr-Siebeck, 2018), 181–201.

– “Moses in the Septuagint,” in Figures Who Shape Scriptures, Scriptures That Shape Figures, Essays in Honour of Benjamin Wright III, ed. Géza G. Xeravits and Greg Schmidt Goering,Deuterocanonical and Cognate Literature Studies 40 (Berlin: de Gruyter, 2018), 3–20.

The Greek of Pentateuch: Grinfield Lectures On The Septuagint 2011-2012, by John A.L. Lee, Oxford University Press, 2018

  • Offers previously unpublished versions of the six Grinfield Lectures given by John A. L. Lee in Oxford in 2011 and 2012
  • Presents an essential contribution to future research on the Septuagint, Greek lexicography, papyrology, and Hellenistic Jewish Studies by bringing to light fundamental findings
  • Contains a range of illustrative examples from the Septuagint itself, Greek papyri of the period found in Egypt, and classical literature

Les chaînes exégétiques grecques sur les Psaumes. Contribution à l’étude d’une forme littéraire. Tome 5 par Gilles Dorival

Spicilegium Sacrum Lovaniense, 54, 2018.
 
Parution chez Peeters du cinquième et dernier tome de l’étude consacrée aux chaînes exégétiques grecques sur les Psaumes (420 pages). 
 
Les quatre premiers tomes, parus entre 1986 et 1995, étaient consacrés aux modèles palestiniens (chaînes primaires, chaînes-scholies, chaînes mixtes) et aux modèles constantinopolitains (chaînes primaires, chaînes mixtes, chaînes secondaires). 
 
Le tome final a pour objet les chaînes secondaires constantinopolitaines , les chaînes complexes de type variable et les chaînes fragmentaires, refaites ou juxtaposées. 

Il propose des conclusions, qui récapitulent les analyses antérieures, dégagent la postérité littéraire des chaînes  sur les Psaumes, situent ces dernières dans l’histoire de la religion et de la culture byzantines, tracent des pistes à poursuivre, notamment la question de la récriture. 

En annexe, il donne un tableau de correspondance avec la contribution classique de Karo-Lietzmann, publie et commente les cinq listes d’auteurs présentes dans les chaînes, et consacre une notice à chacun des 85 auteurs auxquels les chaînes ont eu recours. Il se termine par un index des quelque 270 manuscrits analysés au cours de l’étude, dont la plupart offrent des chaînes sur les Psaumes.

Parution du JSCS volume 50. 2017

Un numéro spécial pour célébrer les 50 ans du Bulletin of the International Organization for Septuagint and Cognate Studies (BIOSCS), appelé depuis le volume 44 Journal of Septuagint and Cognate Studies (JSCS) et désormais publié par Peeters  publishers (site de l’éditeur).
Pour vous abonner à la revue JSCS, voir les informations ici :

La figure de Moïse dans la Bible grecque des Septante

un article de Cécile Dogniez 
paru dans Mosebilder. Gedanken zur Rezeption einer literarischen Figur im Frühjudentum, frühen Christentum und der römisch-hellenistischen Literatur [Pictures of Moses. Thoughts on a Literary Figure’s Reception in Early Judaism, Early Christianity, and Roman-Hellenistic Literature], édité par M. Sommer, E. Eynikel, V. Niederhofer (WUNT 390 ; Tübingen : Mohr Sebeck, 2017), p. 35-62.
 
Résumé de l’ouvrage :  Moses – prophet, leader and mediator of God’s revelation. As Israel’s spokesperson and negotiator, he plays a decisive role in early Judaism as well as early Christianity. But he is also mentioned by pagan authors. Beyond doubt, Moses’ history of reception is very complex and convoluted. In the course of time, this figure was associated with various ideas and fulfilled different functions depending on the literary context. Certainly, the multifaceted portrayals of Moses reflect the diversity of early Jewish and early Christian conceptions and are the product of their complex history. By also focusing on often-neglected and less well-known texts, the particular aim of this volume is to illuminate the manifold depictions of Moses. 
Contributions de: Michal Bar-Asher Siegal, Thomas J. Bauer, Carsten Claussen, John Granger Cook, Jan Dochhorn, Cecile Dogniez, Christoph Dohmen, Matthias Ederer, Erik Eynikel, Yuval Harari, Jutta Leonhardt-Balzer, David M. Moffitt, Tobias Nicklas, Tzvi Novick, Michael Sommer, Gunter Stemberger, Hans-Ulrich Weidemann, Cana Werman, Jed Wyrick, Geza G. Xeravits, Jozsef Zsengeller).

De la Septante à la Vulgate. Les traducteurs face au texte biblique

Un article de Jean-Marie Auwers paru dans la revue Recherches de science religieuse 2018/1 (tome 106), p. 35-51.
Résumé : Les premiers traducteurs de la Septante n’avaient probablement aucun modèle de traduction auquel se référer pour traduire un corpus comme la Torah. Quels choix ont-ils opérés ? Ces choix ont-ils été suivis par les traducteurs des livres suivants, puis par les Africains qui, au IIe s. de l’ère chrétienne, firent passer l’Ancien et le Nouveau Testament du grec en latin ? Quelles options sont solidaires du choix effectué par saint Jérôme de revenir à l’hebraica veritas ? Telles sont les questions auxquelles les pages qui suivent voudraient répondre.
 
Voir la table des matières du numéro Traduire la Bible aujourd’hui  ?   https://www.cairn.info/revue-recherches-de-science-religieuse-2018-1.htm

Nouveauté : La Septuaginta – ¿Por qué resulta actual la Biblia griega?

Eberhard Bons, Daniela Scialabba, Dionisio Candido (éds.)

La Septuaginta – ¿Por qué resulta actual la Biblia griega? (Estudios biblicos, volume 65),

Estella (Navarra): Editorial Verbo Divino,

136 pp.

ISBN 978-84-9073-380-6

Présentation du livre: http://www.verbodivino.es/libro/4801/la-septuaginta-por-que-resulta-actual-la-biblia-griega

Amours juives et amours grecques: le Cantique des cantiques dans la tradition patristique

Conférence de Jean Marie Auwers

Professeur à la faculté de théologie de l’Université de Louvain-la-Neuve,

le  mercredi 7 mars 2018 de 14h à 16h

à l’École Pratique des Hautes Études, Sorbonne,

17 rue de la Sorbonne 750005 Paris, escalier E (1er étage), salle D 064 :

La tradition judéo-chrétienne a-t-elle fait du fiévreux Cantique des cantiques un poème « aussi virginal que les sommets des Alpes » (E. Mâle) ? La question sera posée à partir des plus anciennes traductions (juives et chrétiennes) et à partir des commentaires des Pères de l’Église.

Télécharger l’affiche

Naissance de la Bible grecque

Laurence Vianès, Naissance de la Bible grecque : Pseudo-Aristée : Lettre d’Aristée à Philocrate – Épiphane de Salamine : Traité des poids et mesures – Témoignages antiques et médiévaux.

Disponible le 12 juin 2017 aux Belles Lettres

ISBN : 972-2-251-44697-4

Répartis sur un millénaire et demi, les textes ici rassemblés racontent comment la Bible hébraïque est devenue un livre grec.

La Lettre d’Aristée fut rédigée avant l’ère chrétienne en Égypte. Avec un art très sûr, elle met en scène le roi macédonien Ptolémée II Philadelphe et son ministre Démétrius de Phalère, désireux d’enrichir la fameuse bibliothèque d’Alexandrie. Grâce à l’approbation du grand prêtre des Juifs, sur une île face à la mer, soixante-douze lettrés venus de Jérusalem collaborent pour traduire la Torah d’hébreu en grec. Cette version, appelée par la suite la Bible des Septante, était destinée à acquérir une renommée immense dans le judaïsme, puis à influencer fortement les doctrines du christianisme.

Le second opuscule, le Traité des Poids et Mesures d’Épiphane de Salamine, mis ici en français pour la première fois et daté de l’an 398, a exercé une grande influence sur les christianismes orientaux. Il reprend le récit en lui donnant le caractère d’un miracle. Il s’agit de montrer que la Septante est la plus ancienne traduction de la Bible, et la meilleure. Car il en existe désormais plusieurs autres, réunies dans les Hexaples d’Origène, qui lui disputent la place et dont Épiphane se charge d’exposer l’origine aussi. Sur ces « autres traducteurs », Aquila, Symmaque et Théodotion, le Traité est une source majeure.
La troisième partie est constituée d’une anthologie qui retrace les échos de ces récits dans les textes grecs, latins, hébreux, syriaques et arabes, jusqu’au XVe siècle. On voit se développer, puis régresser la croyance au miracle par lequel les interprètes travaillant séparément auraient produit des textes identiques en tout point. On assiste à la formation du standard de l’érudition à l’époque byzantine, avec sa liste des sept versions grecques de la Bible. On entend ressurgir de façons variées les mêmes questions : pourquoi le texte grec s’écarte-t-il souvent de l’hébreu ? Les auteurs du Nouveau Testament ont-ils utilisé la Septante? Les soixante-douze lettrés ont-ils voulu livrer aux païens les vérités du judaïsme, ou au contraire les dissimuler? D’où viennent les divergences dans les manuscrits bibliques? Ainsi renaît encore et toujours la discussion autour de l’autorité de la Septante et de son exactitude, que l’on compare à celle des rivales grecques, mais aussi de la Vulgate de Jérôme, des vieilles-latines, des deux versions syriaques, ainsi que des canons juifs rabbanite, qaraïte et samaritain.

Avec ce livre, le lecteur a en main de quoi suivre tout le développement de la légende entourant la Septante et les autres traductions dans l’Antiquité et le Moyen Âge byzantin et oriental. Il peut apprécier ce que l’on savait et ce que l’on croyait, aux différentes époques, sur les origines de la Bible grecque.

Laurence Vianès est maître de conférences en langue et littérature grecques à l’Université de Grenoble-Alpes. Ses recherches portent sur la Septante, ainsi que sur l’exégèse des prophètes bibliques chez les auteurs chrétiens anciens.

https://www.lesbelleslettres.com/livre/2966-naissance-de-la-bible-grecque.

 

Parution des Mélanges en l’honneur de Johann Cook

sagesSeptuagint, Sages, and Scriptures, Edited by Randall X. Gautier, Gideon R. Kotzé, Gert J. Steyn, Brill, 2016