Hommage à Jacqueline Fine

Mis en avant

 

Jacqueline Fine nous a quittés le 30 décembre 2021.

Jacqueline Fine est née à Alger en 1933. Elle y a suivi ses études primaires et secondaires. Après le baccalauréat elle a quitté l’Algérie pour la France et a fait des études de Lettres classiques à la Sorbonne. Elle a obtenu l’Agrégation de Lettres classiques.

Elle s’est mariée avec Alain Fine, avec lequel elle a eu trois enfants : Judith, Hélène, Mathias.

 Professeur de lycée pendant toute sa carrière, elle a enseigné une vingtaine d’années au Lycée de Clamart. Elle a initié à la littérature française et aux langues anciennes des générations d’élèves qu’elle a profondément marqués.

Jacqueline a fréquenté pendant plusieurs années le séminaire de Marguerite Harl à la Sorbonne jusqu’à la retraite de celle-ci à la fin des années quatre-vingt. Elle s’est passionnée pour la Bible grecque, s’est mise à l’hébreu biblique, puis à l’hébreu rabbinique.

Elle a publié trois volumes dans la collection La Bible d’Alexandrie. Marguerite Harl lui a d’abord confié le volume de Josué, que Jacqueline a judicieusement intitulé Jésus (Josué) (1997) pour rappeler que le titre grec est Jésus – ce que les Pères des premiers siècles n’ont pas manqué d’exploiter – et pour ne pas désarçonner les biblistes à qui le titre de Josué est familier. Dans la préparation de ce volume de plus de 250 pages, elle a été aidée par les conseils de Marguerite Harl, Olivier Munnich, Jacqueline David, Cécile Dogniez, Leonard J. Greenspoon et Pierre Sandevoir.

 Jacqueline a ensuite collaboré avec Isabelle Assan-Dhôte pour le volume consacré à Baruch, Lamentations, Lettre de Jérémie. Elles ont bénéficié des conseils et des remarques de Marguerite Harl, Cécile Dogniez et Olivier Munnich. Ce livre de 340 pages est paru en 2005.

Les mêmes autrices ont mis alors en chantier Ruth. Le volume, qui occupe un peu plus de 100 pages, est paru en 2009.

Jacqueline et Isabelle travaillaient efficacement ensemble : elles ont décidé de poursuivre leur collaboration en s’attelant à 1 Maccabées. Mais, depuis une dizaine d’années, la maladie a empêché Jacqueline de poursuivre l’entreprise et Isabelle a dû se résoudre à prendre en charge seule 1 Maccabées.

Jacqueline Fine a consacré à la LXX quatre articles importants. Le premier est paru en 1995 dans le livre d’hommage offert à Marguerite Harl Selon les Septante, p. 321-330 ; il a pour titre « La tâche du traducteur de Josué/Jésus » et réfléchit à quelques termes du lexique de ce livre : phugadeutérion, agkhisteúein tò aîma, thusiastérion, anáthema. Une seconde contribution sur « La tâche du traducteur » a été publiée en 2001 dans l’Introduction du Pentateuque (la Bible d’Alexandrie, 2001). Le troisième article est paru en 2011 dans Eukarpa. Etudes sur la Bible et ses exégètes en hommage à Gilles Dorival, p. 37-44 ; écrit en collaboration avec Isabelle Assan-Dhôte, il est intitulé : « ‘Moi je serai comme une de tes esclaves !’ (Rt 2,13). Paidíske dans la Bible grecque : esclave et concubine, esclave et mère porteuse ». C’est une étude fouillée du substantif utilisé par Ruth. Le quatrième, paru en 2014 et écrit également en collaboration avec Isabelle Assan-Dhôte, porte sur le lexique du Premier livre des Maccabées (« Le vocabulaire de la guerre dans le Premier livre des Maccabées », dans La mémoire des persécutions. Autour des livres des Maccabées).

Jacqueline Fine aimait les langues et la littérature. Elle connaissait bien la Grèce et avait appris le grec moderne dans sa jeunesse, ce qui lui a permis de traduire L’Odyssée de Nikos Kazantzaki (1971) et deux romans tous deux parus dans une collection de poche : en 2017, Le lys et le serpent, qui est le premier roman de l’écrivain crétois, et tout récemment, en 2021, Dans le palais de Minos.

Isabelle Assan-Dhôte et Gilles Dorival